Aller au contenu

PLANCHON olivier

Utilisateurs inscrits
  • Compteur de contenus

    338
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par PLANCHON olivier

  1. Salut Frédogoto Oui je suis au courant mais bon il me faudra aussi calculer les flexions car mon prochain tube de télescope aura un masse de 1650 kg. j'aime l'acier, je peux le travailler comme je veux... OP .
  2. Premier essai avant hier soir sur M42. 120 secondes de pose avec le filtre Hx. Bil/1 mais un peu de turbulence... Je dois encore affiner la mise au point et voir maintenant une légère correction du plan du capteur CCD par rapport à l'axe optique. Ma platine photo est réglable sur les 3 axes. Je devrais y arriver. Régler au top un T620 mm ouvert à 3,3 n'est pas toujours évidant. La focale étant quand même de 2130 mm avec le correcteur en place. De plus les valeurs affichées de mise au point me donne en période Hiver une dérive d'un petit 10eme de mm environ / degré de T° dû à la dilatation des aciers du tube du télescope. Je rappelle qui le tube a une masse de 650 kgs dont 200 kgs de contre-poids en plomb mis au cu du tube pour l'équilibrage. Toutes ces manips et difficultés rencontrées vont me permettre d'affiner la conception de mon futur joujou et de prendre des décisions dans la nature des matériaux, la conception de la mécanique et le type de combinaison optique à obtenir. OP
  3. N'ayant pas de couronne dentée en Delta, mais un bras de déclinaison de 1 mètre de long et une vis sans fin, le pointage en auto avec Prism est impossible. Je suis obligé d'afficher les coordonnées du Delta grâce à l'afficheur numérique qui me donne une précision bien inférieur à la mn d'arc quand je déplace le tube du télescope manuellement. Pour le suivi en photo mon ami Jean Marie (l'électronicien) a conçu et réalisé une petite électronique. Celle ci a été mise en parallèle à la raquette de commande afin que les informations de Prism concernant les corrections en delta puisse être envoyé dans cette électronique. Ca contourne le problème et le suivi en auto est maintenant possible en Delta. Merci à lui pour cette idée d'ingénieur ingénieux... OP
  4. Au fait je suis passé de nouveau devant une commission de 30 personnes pour la deuxième tranche de mon projet astro... un montant non négligeable à été demandé pour des fonds européens. Réponse dans une à deux semaines... OP
  5. Coucher de Soleil sur la célèbre montagne de la Ste Victoire Téléobjectif Nikon de 1000 mm OP
  6. Coucou c'est moi Le cimier de la coupole a une ouverture de 2 mètres de largeur. C'est bien mais ça me parfait encore juste... OP
  7. Je me familiarise avec toutes ces fenêtres. La calibration, j'ai pigé... Dès que la salle informatique sera terminé j'y délocalise l'ordi et j'y mets un deuxième écran 32 pouces afin d'avoir tout ça devant moi. Avec un fauteuil de directeur sur roulettes je vais me prendre pour un vrai pro ha ha ha Une autre électronique fabriquée par mon ami Jean Marie va être mise en place cette semaine afin d'avoir un pilotage en automatique sur le Delta. C'est pas encore le cas étant donné que je ne possède pas de roue dentée en Delta. On a affiné la mise en station du télescope. On a maintenant une dérive en Delta de 4 pixels en 2000 secondes de temps. C'est pas mal mais bon pas le choix faut de l'automatisme. OP
  8. Salut Frédogoto Le laser me sert à faire les pointages d'objets célestes avec le public. Je ne me sert pas de l'ordi à ces moments là. Trop de lumière et ça ne me sert à rien. j'ai pas besoin d'ordi pour pointer la Lune... Le problème du tout informatique est que l'on oublie son ciel... Ce laser possède un réglage sur 2 axes. Je peux donc le régler au poil. Après un pointage j'ai mes objets célestes pratiquement au centre de l'image avec mon oculaire grand champs de 30 mm. Autre essai sur Orion. 30 x 10s de pose Je me rapproche mais c'est pas encore ça... OP
  9. Ca pète avec le laser... Ca fait pro non? OP
  10. Mosaïque de 3 images brutes de la Lune. Je sais on peux mieux faire... OP
  11. En attendant que le ciel se mette au beau, j'ai reçu une convocation pour l'audition de la deuxième tranche de mon projet astro. On passe cette audition la semaine prochaine. Je touche du bois d'arbre ha ha ha Vive l'Europe... La deuxième caméra CCD fonctionne sans interférence avec la première. Bien. J'attends maintenant le beau temps pour continuer ce travail sur mon télescope. OP
  12. Et pour finir, ma conception d’avant le T620 mm, construction qui avait fait une couverture du magazine « Astrociel » dans les années 1987 env. Il s’agissait d’un télescope Newton / Cassegrain de 310 mm f/d 5 et 30 avec lame de fermeture. Un petit bijou à l’époque. Masse de 220 kg. Des trappes tout autour du pilier me permettait de descendre dans une cage afin de travailler avec la combinaison Cassegrain sans soucis. Le bâtiment était un abri de jardin dont le toit avait été décapité pour le renforcer et le mettre sur 2 rails. OP
  13. Hiver 2012, bien avant que ce joujou ne soit informatisé. J’aurai pût monter sur le télescope pour frimer un peu mais bon, je vieilli… OP
  14. Je creuse, je creuse pour trouver la cassette qui me permettra de payer mon futur miroir primaire de 210 kg ha ha ha. Et non rien trouvé, je vais me contentez de remplir cette fondation de béton afin d’obtenir la base de ma future salle d’accueil et de vente de photos et dessins. OP
  15. Photo du haut : Levage de la cage centrale du tube du télescope. Sa masse est de 200 kg. Elle a été réalisée dans un fer à U de 250 mm. Mais le U a été fermé par des tôles épaisses et soudées. Photo du bas : Pose de cette lourde pièce et des 2 axes de déclinaison. Moment délicat de la pose des roulements dans leurs cages. Ces 2 roulements sont oscillants avec des rouleaux coniques. La photo permet de voir le serrage et le blocage d’un roulement sur l’axe de déclinaison. OP
  16. La fourche ou du moins la partie extérieure est rentrée dans la coupole par le cimier. Sur la photo du bas on distingue quelques uns des cloisonnements soudés à l’intérieur de cette fourche. Toutes les tôles ont 8 mm d’épaisseur, sauf pour la base (20 mm) et le dessus de la fourche (15 mm). Toutes ces cloisonnements permettent d’obtenir une poutre creuse très résistante à la flexions. Une fois assemblée, elle aura une masse de 300 kg. OP
  17. Salut Frédogoto j'en sais rien... ça restera un mystère... OP
  18. Montage de la carcasse en acier de la coupole. Ces aciers sont des tubes carrés de 60 mm de coté. Puis les différents panneaux en tôle « Nergal » ont été rivetés. Ma mère à l’époque, était venue m’aidez pour positionner tous ces panneaux… OP
  19. Ce piler a été coffré avec des planches de coffrage sur les deux parties en biais avant d’y couler le béton. L’orientation Nord / Sud du pilier a été simplement réalisé grâce à l’ombre du soleil lors de son passage au méridien. Pour cela un mât en bois de quelques cm de diamètre a été positionné bien verticalement. Un simple cordeau a permis de tracer l’ombre sur le sol et d’orienter le coffrage. Mon erreur a été de 2 cm environ. Le piler fait quand même 3 mètres de long. On distingue aussi les 4 tiges filetées de 20 mm de diamètre qui recevront la base en acier du pied du télescope. Quand à l’inclinaison de ce pilier, elle est de 45° sur les 2 cotés. Ayant récemment refait la mise en station du télescope avec la méthode de KING, l’erreur n’est que de 8 mm. OP
  20. Photo du haut : On observe que le piler sera réalisé de la même manière. L’arase en béton armé situé au dessus du mur a été coulé de niveau. L’erreur de précision du niveau de cet anneau de 5 mètres de diamètre est de l’ordre du millimètre sans plus, afin de pouvoir y fixer dessus le rail en acier qui permettra de tourner la coupole. Photo du bas : On distingue la pointe du pilier en béton armé et la pose du plancher en béton avant le coulage de la dalle. OP
  21. Le bâtiment a été construit avec des parpaings à bancher de 27 cm de largueur puis remplis de béton. Cela permet d’obtenir un mur solide et armé, étant donné que ce type de construction y inclût un ferraillage horizontal et vertical. OP
  22. J’ai retrouvé dans mes archives datant de 1991 des photos récupérées sur un film vidéo. La résolution est mauvaise mais bon, cela permet quand même de vous donner une idée de la façon dont la coupole et le pilier en béton armé ont été réalisés. Un ferraillage a été spécialement fabriqué pour revoir des charges importantes du futur pilier et du télescope. La section des aciers est de 18 mm. OP
  23. Salut frédogoto En réponse à tes questions: le chercheur à 300 mm de focale et la caméra provisoire a des pixels de 7,4 micron. J'attends une cable RJ 12 pour le transfert des infos jusqu'à l'électronique. Et après on manip de nouveau pour la calibration. Mon ami va encore me former pour cela... Merci pour tes infos, tu es plus fort que moi en informatique ha ha ha.. Je vais voir avec mon informaticien pour tes commentaires. Au sujet du pilier, son inclinaison est de 45°. Quand j'ai réalisé la mise en station / bigourdan en 1995, cela semblait correcte puisque les images étaient valables. Maintenant avec les caméras CCD, ça a changé un peu la donne. Mais bon depuis toutes ces années, je ne pense pas que l'ensemble a vraiment bougé. Car avec la méthode de King, j'ai déplacé le joujou de même pas 2 mm vers l'est et monté le palier Nord de presque rien... Ce pilier en béton armé fait d'après mes souvenirs 1 mètre de largueur, 2,5 mètres de longueur et 1,2 mètre de hauteur. Il repose sur une assise en béton armé de 50 cm d'épaisseur qui est encore plus grande en surface. J'avais réalisé à l'époque un ferraillage adéquate permettant d'encaisser toutes ces charges verticales. Les boulons qui me permettent de caler le palier Nord (ou Sud) dépassent de 8 mm environ. C'est mon erreur de conception, qui est quand même rien étant donné que l'on peut régler l'inclinaison de l'axe horaire. Le soucis d'un piler incliné à 45° est que pour la méthode de King, ça fausse les réglages de l'ensemble. Le fait de déplacer l'ensemble du télescope de droite à gauche ou inversement dérègle forcement le calage en delta. "L'assiette" n'est pas horizontale. Si cette base avait été horizontale, ce problème n'aurait pas été vu. Donc par tâtonnement on arrive à avoir la précision nécessaire. Mais le programme Prism ne comprenait pas toujours ce mouvement... J'aurai bien évidement pût réaliser un pilier en acier. Mais bon c'était mon choix d'avoir une base solide et de poser le télescope dessus pièce par pièce pour l'assemblage. La dernière chose à savoir est que bien sur, ce pilier est complètement désolidarisé du bâtiment pour éviter toutes vibrations. Pour ma prochaine réalisation, toutes ces infos, difficultés rencontrées et estimation des coûts vont me décider de la façon dont je vais procéder. Car j'ai plusieurs solutions pour construire mon futur joujou ha ha ha... OP
  24. Une caméra ccd vient d'être mise en place sur mon imposant chercheur afin de voir si un suivi en auto est possible avec une focale courte. C'est un peu juste, mais bon je vais voir cela. Dans la négative une lunette de 600 mm de focale sera installé pour le suivi en auto. Et encore 2 fenêtres de plus qui vont devoir être utilisé... OP
  25. Comme le dit mon ami Jean Marie, faut maniper faut manier... pour tout maitriser, afin presque... OP
×
×
  • Créer...

Information importante

Conditions générales