Aller au contenu

PLANCHON olivier

Utilisateurs inscrits
  • Compteur de contenus

    338
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par PLANCHON olivier

  1. Installation d'un encodeur sur l'axe de rotation du moteur de mise au point du porte-oculaire de 3 pouces. Installation d'une butée de mise à zéro. Merci à toi Jean Marie. Toute pièce mécanique a forcement du jeu lui permettant de fonctionner et se déplacer. Ce porte-oculaire a lui aussi du jeu correspondant à plusieurs dizaines de pas moteur. Il n'est pas parfait... Cette mise à zéro va permettre de retrouver l'endroit exacte du mise au point du foyer Newton (f/d: 3,3), sachant le nombre de pas moteur nécessaire à la correction de ce jeu. De plus cela va me permettre de quantifier en pas moteur la dilatation linéaire du tube du télescope (600 kg de masse du tube) en fonction de la T°. La structure de ce tube est en acier. Ce matériau bien meilleur que l'aluminium (dilatation des pièces) se dilate aussi. OP
  2. Le pilotage et le pointage se fera par un PC, mais le frein d'ascension droite ne sera pas complètement bloqué. Je me garde la possibilité de pointer manuellement avec mon laser, les objets stellaires classiques pour la grande joie et l'étonnement du public. Recevoir ce public est avant tout l'un de mes travail à l'observatoire. OP
  3. Positionnement provisoire des différents câbles électriques dont certains seront isolés à cause d'interférences avec les pilonnes de diffusion de radio se trouvant sur le plateau de Valensole (15 kms)... Il y aura donc une connexion électrique de la caméra CCD, de la roue à filtre, du moteur du porte oculaire et de la raquette de commande générale. OP
  4. L'alimentation générale du télescope et le système de pilotage automatique a été réalisé par Jean Marie qui est électronicien de métier. Je l'en remercie infiniment... Ce système est monté provisoirement sur la fourche et maintenue par des sangles. La fixation de ces 2 éléments à cet endroit du télescope sera définitif dès que tout l'ensemble fonctionnera. OP
  5. Le moteur pas à pas a été retiré et remplacé par un autre modèle mieux adapté au pointage automatique. Ce moteur a la particularité d'avoir son axe de rotation qui sort de part en part de sa carcasse. Ce qui a permis de raccorder cet axe d'un coté avec la vis sans fin de la couronne dentée, et à l'encodeur de précision de l'autre coté. Les calculs ont été réalisés par mon ami Jean Marie. La masse en mouvement étant de 1 tonne, il ne fallait pas se planter dans la puissance du moteur et du couple nécessaire au démarrage et a l'arrêt du télescope en vitesse rapide. On devine la couronne dentée de 500 mm de diamètre (module 1), c'est a dire comportant 500 dents permettant le déplacement du télescope en alpha. OP
  6. Les 2 trappes permettant l'accès au pied du télescope sont retirées. On y voie les différents boulons de réglage de 20 mm de diamètre pour la mise en station du joujou (1300 kg). OP
  7. La platine est de nouveau en place. La mise au point sur la colline en face de l'observatoire est de nouveau possible. Mais je vais être obligé de passer le tube de ce porte oculaire au tour, car il dépasse de trop dans le tube du télescope et devient visible dans le champs de pleine lumière. Avoir un gros calibre de 3 pouces c'est bien, mais faut savoir l'adapter. C'est comme avec les filles ha ha ha De nouvelles modifications sont en cours: changement des moteurs pas à pas, informatisation du télescope avec encodeurs en alpha et delta, électronique "made in Jean Marie" et autres... Alors là je lui laisse faire ce boulot... Suis pas vraiment compétent dans ce domaine, je dirais même plutôt nul... Ce qui est bête, c'est que j'ai un bras de déclinaison et non une couronne dentée en delta. Et j'ai pas vraiment envie de changer cela. j'ai d'autres projets... On pourra quand même s'adapter au mieux sans avoir un gotou sur les deux axes. OP
  8. Fixation de la platine porte oculaire à l'intérieur du tube. OP
  9. L'emplacement de la platine porte oculaire. Le soucis est de pouvoir déplacer cette pièce mécanique vers le miroir secondaire, sans que le champs de pleine lumière soit altéré. Ca passe juste à quelques mm... OP
  10. Distance env. 1 kms à vol d'oiseau. L'inconvénient de ce genre de porte oculaire est que le tirage est assez long et pas vraiment compatible avec une ouverture de 3,3. J'ai donc été obligé de déplacer de 5 cm vers l'intérieur du tube, la platine du porte oculaire. Le démontage de cette platine a déséquilibré le tube du télescope. J'ai donc été obligé d'empêcher ce déséquilibre grâce à une sangle accroché à la coupole. OP
  11. Il est vrai qu'avec l'utilisation d'un laser, la collimation peut se réaliser de jour. Et très peu de réglage est à réaliser de nuit si tout est correctement aligné. L'utilisation de vis de réglage et de supports des optiques de qualité (flexion, sans jeu important) permet ces réglages fins. Mais avec mon ami, on doit réaliser une manip qui permettra un très fin réglage des optiques de jour, à la place d'utiliser une étoile brillante... On va avoir besoin d'une diode de 2mm de diamètre fixé dans la vallée en haut d'un poteau EDF... cette diode fonctionnera avec un mini panneau solaire. Superrrrrrrrrrr génialllllllll OP
  12. La bague est au coulant 31,75 mm mais avec pratiquement pas de jeu.
  13. Réalisation d'une bague de fixation avec interrupteur pour le laser de collimation. Merci à toi Jean Marie... Laser rouge de 5 MW
  14. Montage d'un porte oculaire de 3 pouces avec motorisation fine. Je voudrais réunir toutes les conditions nécessaires pour accéder à la photographie stellaire. Le numérique étant pour moi une découverte depuis peu de temps, je sais que l'on a pas le droit à l'erreur. D'autres changement de pièces sur le télescope sont en cours... Comme me le dit mon ami électronicien: Olivier fait des photos avec ce télescope, maitrise le avant de construire le monstre. Il a raison... L'objectif sera de réaliser des images au T620 mm sans aucun guidage. D'autres images des montages vont suivent. OP
  15. La fourche a été positionné en position verticale et caler sur la dalle en béton armé du sol de la coupole, de manière a éviter un déplacement de l'axe horaire. Un cric de voiture pouvant lever 2 tonnes a été placé sous l'axe de déclinaison. Le palier devant être surélevé a été desserré et le cric a soulevé délicatement le tube du télescope et ses 650 kg. Cette opération a été réalisé plusieurs fois, étant donné que l'on ne savait pas quel était la marge d'erreur du départ. Des cales de 1,5 mm ont été mise en place et cette manip a été arrêté au moment ou l'on a constaté que la rotation de l'ensemble du télescope ne faisait plus bougé le laser qui pointait le centre de la mire. Moment fort...
  16. Mais tout n'était pas terminé... Restait encore d'autres vérifications à faire. Etant donné que cette construction a été réalisé en extérieur dans mon jardin, sans marbre ni gros tour permettant de réaliser des pièces avec une grande précision, je craignais d'avoir de gros défauts de conception mécanique (voilage de la fourche, ect...) Un léger défaut de voilage a été trouvé... Il fallait donc savoir si l'axe horaire était parfaitement aligné avec le tube ou plus exactement si l'ensemble axe horaire, fourche et axe optique était calé. Cela a été la partie la plus délicate étant donné que si un défaut était vu, on serait obligé de déplacer le tube du télescope (650 kg)... Il y avait un défaut sur un des bras de la fourche du télescope. L'un des bras était soit trop court, soit trop long...Grace à une mire positionnée sur le toit de la coupole et au deuxième laser, nous avons pût voir ce défaut... La rectification a été faite. Il a fallut mettre des cales en acier de quelques millimètres sous un des paliers de l'axe de déclinaison afin de voir l'ensemble tourner rond. Mais il a fallut aussi être sur que le tube était parfaitement aligné avec la fourche... Après positionnement correcte du tube dans la fourche et calage du palier, le pivotement de l'axe horaire qui entrainait la fourche et le tube, nous a permis de constater que le laser restait immobile au centre de la mire. Ne pouvant pas voir cela de très prêt, nous avons utilisé une paire de jumelles dans la coupole. Tout tournait rond...
  17. La deuxième manip a été de savoir si l'axe optique du miroir primaire passe bien au centre de l'araignée de la combinaison Newton. Pour cela le miroir secondaire a été démonté. Une araignée positionnée sur le miroir primaire et comportant en son centre un deuxième laser nous a servie de base à ce réglage. Etant donné que le centre mécanique de l'araignée du miroir secondaire comportait un trou central de quelques millimètres de diamètre, le but a donc été de savoir si le laser allait passer dans ce trou et se projeter sur le mur de la coupole. Cela a été le cas...
  18. L'accés à l'astrophotographie avec mon télescope actuel va me demandez d'avoir des optiques très bien réglées, une mécanique au top et une électronique qui fonctionne correctement. Avec la participation d'un ami astronomie amateur qui habite près de chez moi et qui a les compétences nécessaires en mécanique, électronique et en manip de laser, nous avons décidez de tester mon télescope. Cette construction remonte aux années 1990 puisque sa première lumière remonte à l'été 1995 je crois. La première manip a été de régler la collimation avec un laser de construction personnelle. Les centres optiques des miroirs primaire et secondaire ont d'abord été tracé sur les verres avant d'insérer le laser de couleur rouge dans le porte oculaire de la combinaison Newton. De cette façon, le centrage des optiques reste très précis et peut se réaliser de jour sans aucun problème. Le petit problème de collimation qui persistait depuis un certain temps a rapidement été trouvé et rectifié. L'observation sur une étoile défocalisée m'a permis de constater que l'ombre du secondaire était pratiquement au centre du primaire. La précision est vraiment correcte. Il est vrai que les réglages utilisés sont surdimentionnés et encaissent bien les fins mouvements des vis de réglages. Mon ami me fabrique en ce moment un laser qui me permettra ce réglage rapide et précis de jour.
  19. Très belles ces images. Ici la nature inspire le photographe. Il y a tellement de choses différentes à voir avec les lumières froides du matin et les chaudes du soir. Ici la nature est présente en permanence. Celui qui sait écouter cette nature et la regarder réalise forcement de belles images. L'esprit de Dame Nature est partout présente... OP
  20. Montage photo de l'hiver dernier avec rayon vert.Téléobjectif Nikon de 1000 mm sur solide pied photo et déclencheur électrique. OP
  21. En juillet au petit matin... sur le plateau de Valensole. OP
  22. Ici la nature est sauvage... Etant aussi photographe, j'y fais des photos quand mon emploi du temps me le permet...hélas de moins en moins souvent. OP
  23. Oui tu a raison, je crois qu'il fait d'ailleurs partie des plus beaux village de France... Notre région est magique... Entre le grand Canyon du Verdon qui est unique au monde, le très beau et sauvage lac de Ste Croix, les champs de lavandes de Valensoles et le très souvent ciel bleu, on y est bien pour plus d'une raison... Au dessus de l'OAB, j'y voie presque tous les jours un épervier qui plane en criant et de temps en temps des vautours qui plantent aussi en formant un grand cercle. L'aérodynamique, c'est pas nous qui l'avons inventer mais eux, tous ces animaux magiques... Ici je vie dans la nature, loin des villes et des cons... Mes projets y avancent doucement grâce à cela. OP
  24. Avec Michel, on vient se réaliser une animation pour l'office du tourisme de Moustiers St marie, proche de l'OAB. Quel beau village, je vous recommande d'allez le visiter. Michel a réalisé cette aquarelle en souvenir de cette animation faite sur une des vielles places du village. On a pas besoin d'avoir un télescope géant pour s'éclater. Un bon dobson suffit pour se faire plaisir et pour émerveiller les publics. Faut simplement aimez animer et partager. L'animation scientifique auprès des publics est importante à mon avis. Cela permet entre autre de faire partager sa passion et de ne pas se prendre la grosse tête. La grosse tête, c'est un défaut que l'on rencontre trop souvent chez certains amateurs en astronomie. Ils pensent avoir tout compris... Seul le grand maitre de l'univers a tout compris... Nous, on est des petits rigolos uniquement capable de saccager notre planète... OP
×
×
  • Créer...

Information importante

Conditions générales