Aller au contenu

Dieter333

Avexiens
  • Compteur de contenus

    2 075
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    12

Dieter333 a gagné pour la dernière fois le 24 juillet

Dieter333 a eu le contenu le plus aimé !

1 abonné

À propos de Dieter333

Converted

  • habite à
    Colombes

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

Dieter333's Achievements

Newbie

Newbie (1/14)

  • Dedicated Rare
  • Conversation Starter Rare
  • Week One Done Rare
  • One Month Later Rare
  • One Year In Rare

Recent Badges

24

Réputation sur la communauté

  1. Cette fois nous vous présentons un classique : Les galaxies des Antennes. Les galaxies des Antennes (NGC 4038 / NGC 4039 ) sont une paire de galaxies en interaction située à environ 75 millions d'années-lumière dans la constellation du Corbeau. NGC 4038 est une galaxie spirale barrée et NGC 4039 est une spirale ordinaire. La classe de luminosité de NGC 4038 est V et elle présente une large raie HI. Celle de NGC 4039 est aussi V, mais elle n'a pas de raie HI. Par contre, NGC 4039 est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés, et c'est aussi une galaxie à sursaut de formation d'étoiles Une étude récente révèle que ces galaxies en interaction sont moins éloignées de la Voie lactée qu’on ne le pensait auparavant , à 45 millions d’années-lumière au lieu de 65 millions d’années-lumière. Les galaxies des Antennes sont le résultat d'une collision galactique. Situées dans le groupe de NGC 4038 avec au moins 26 autres galaxies, ces deux galaxies sont connues sous le nom d'« Antennes » parce que les deux grandes excroissances formées d'étoiles de gaz et de poussières éjectés hors de leur galaxie lors de la collision ressemblent aux antennes d'un insecte. Les noyaux des deux galaxies sont en train de fusionner lentement et de devenir une unique galaxie. Les galaxies antennes contiennent également une collection relativement jeune d’amas globulaires massifs qui se sont peut-être formés à la suite de la collision entre les deux galaxies. Le jeune âge de ces amas contraste avec l’âge moyen de la plupart des amas globulaires connus (qui ont environ 12 milliards d’années), la formation des globulaires provenant probablement des ondes de choc, générées par la collision des galaxies, comprimant de grands nuages moléculaires massifs. Les régions les plus denses des nuages qui s’effondrent et se compriment sont censées être le lieu de naissance des amas. Au cours de la collision, des milliards d’étoiles se formeront. Les régions de naissance les plus brillantes et les plus compactes sont appelées super amas d’étoiles. Les deux galaxies spirales ont commencé à interagir il y a quelques centaines de millions d’années, faisant des galaxies antennes l’un des exemples les plus proches et les plus jeunes d’une paire de galaxies en collision. Près de la moitié des objets faibles de l’image des antennes sont de jeunes amas contenant des dizaines de milliers d’étoiles. Les blobs orange du centre de l’image sont les deux noyaux des galaxies originales et se composent principalement de vieilles étoiles sillonnée par des filaments de poussière, qui apparaît en brun dans l’image. Les deux galaxies sont parsemées de régions bleu brillant formant des étoiles entourées d’hydrogène gazeux brillant, apparaissant sur l’image en rose. Par âge datant les amas de l’image, les astronomes constatent que seulement environ 10 pour cent des amas de super étoiles nouvellement formés dans les antennes survivront au-delà des 10 premiers millions d’années. La grande majorité des amas de super étoiles formés au cours de cette interaction se disperseront, les étoiles individuelles faisant partie du fond lisse de la galaxie. On pense cependant qu’une centaine des amas les plus massifs survivront pour former des amas globulaires réguliers, similaires aux amas globulaires trouvés dans notre propre galaxie de la Voie lactée. Dans plusieurs millions d'années, les noyaux galactiques de NGC 4038 et NGC 4039 entreront en collision, devenant un noyau simple entouré d'étoiles, de gaz et de poussière. Certaines observations et simulations suggèrent que ces galaxies fusionneront finalement en galaxie elliptique. Cela arrivera probablement aussi à la Voie lactée lorsqu'elle entrera en collision avec la galaxie d'Andromède. Selon A.M. Garcia, les galaxies NGC 4038 et NGC 4039 font partie d'un groupe de galaxies qui compte au moins 27 membres, le groupe de NGC 4038. Les autres membres du New General Catalogue du groupe sont NGC 3955, NGC 3956, NGC 3957, NGC 3981, NGC 4024, NGC 4027, NGC 4033, NGC 4035, ainsi que NGC 405018. Le groupe de NGC 4038 fait partie du superamas de la Vierge aussi appelé le Superamas local. Full& Details : Antennae Galaxies
  2. quand on aime on ne compte pas.... en gros une galaxie c'est 15-20h, une nebuleuse c'est une 50aine d'heures, il ne faut pas oublier que même si le ciel est très clair, pour l'instant on n'a qu'un 300mm et ouvert à fd8....et une CCD pas une CMOS
  3. hello Fredo, pas de déconvolution sur cette image mais très légèrement floutée car sinon on la trouvait trop dure et les volutes ne faisaient pas assez vaporeux... il a été difficile de trouver le bon équilibre. pour le cadrage l'amas était entier mais on a eu un décalage des prises sur une couche ... il a fallu croper légèrement Merci pour tes commentaires toujours constructifs !
  4. Cette fois, nous nous sommes tournés vers une région plus connue et que nous trouvons magnifique et très variée : A 424 années-lumière, dans les limites de la constellation du Sagittaire et au bord de la Couronne Australe se trouve le nuage moléculaire de Corona Australis, dans lequel on trouve plusieurs magnifiques nébuleuses par réflexion (nuages de poussières reflétant la lumière des étoiles voisines) et plusieurs nébuleuses sombres (nuages de gaz et de poussières qui ne reçoivent pas assez de lumière d’aucune étoile voisine et se présentent comme sombres et masquent les étoiles situées derrière). NGC 6726/6727 et IC 4812 sont des nébuleuses par réflexions bleues, NGC 6729 est un objet de la forme d’un papillon agissant en émission/réflexion autour d’une étoile variable irrégulière R Coronae Australis (R CrA) découverte en 1866 avec une magnitude variant de 9.7 à 13.5. Cette étoile est si chaude qu’elle provoque l’ionisation du gaz présent qui émet donc de la lumière. Be 157 original est une petite et faible nébuleuse en réflexion. Il y a aussi des objets herbig-haro, dont les plus visibles sur l’image sont HH98, 99, 100, 101 et 104. Ce sont de petits nuages associés à de très jeunes étoiles, qui se forment lorsque la matière éjectée par ces étoiles naissantes entre en collision avec les nuages de gaz et de poussière environnants, à des vitesses de plusieurs centaines de kilomètres par seconde. Les objets Herbig-Haro sont omniprésents dans les régions de formation stellaire, et il est souvent possible d’en observer plusieurs autour d’une même étoile, alignés le long de son axe de rotation. Ces objets sont des phénomènes éphémères, ayant une durée de vie de quelques milliers d'années tout au plus. Il est possible de les voir évoluer sur une période de temps relativement courte, alors qu'ils s'éloignent de l'étoile dont ils sont issus à travers les nuages de gaz interstellaire Ils sont vus comme de délicats petits arcs de gaz lumineux. Le tout dans un ensemble de nébuleuses sombres : SL 39, SL 41, Be 158 et une partie de la grande Be 157. De plus dans le coin haut droit brille l’amas globulaire NGC 6723 de magnitude 6 à 6.8 de classe VII constitué d’étoiles de magnitude 14 et moins. Full & details ; IC 4812 & NGC 6726/27
  5. Pas tant de sueur que cela, simplement difficile d équilibrer le signal Ha et OIII, puis doucement tirer les curseurs en faisant attention au bruit car elle est faible malgré le temps de pose, on n'a qu un 300 a fd8 (pour l instant...)
  6. Cette fois nous vous présentons une Nébuleuse Planétaire assez peu imagée qui comme presque tous les objets du catalogue Caldwell sont assez diffus. Abell 36 (PK 318+41.1) Le magnifique linceul gazeux d'une étoile solaire mourante, la nébuleuse planétaire Abell 36, se trouve à seulement 800 années-lumière de la constellation de la Vierge. À cette distance, il s'étend sur plus de 1,5 année-lumière et a une faible magnitude surfacique 13. En haussant ses couches externes, l'étoile centrale de la nébuleuse se contracte et devient plus chaude, évoluant vers une phase finale de naine blanche. En fait, dans Abell 36, on estime que l'étoile centrale a une température de surface de plus de 73 000 K, comparée à la température actuelle de 6 000 K du Soleil. En conséquence, l'étoile intensément chaude est beaucoup plus brillante en lumière ultraviolette, par rapport à son apparence visuelle ici. La lumière ultraviolette invisible ionise les atomes d'hydrogène et d'oxygène dans la nébuleuse et alimente finalement la belle lueur de la lumière visible L’analyse morphocinétique montre qu’Abell36 se compose d’un sphéroïde interne et de deux arcs symétriques à points lumineux La formation d’Abell36 nécessite plusieurs événements d’éjection, y compris des écoulements bipolaires collimatés qui sont probablement plus jeunes que et ont perturbé la coquille principale. Full & Details : A faint Planetary Nebula : Abell 36
  7. Merci pour votre passage et vos commentaires
  8. Nous vous présentons un grand classique : NC 2359 Le casque de Thor, imagé en janvier 2021 NGC 2359, plus communément appelé le Casque de Thor, est un nuage cosmique en forme de casque avec des appendices en forme d'aile. De taille héroïque même pour un dieu nordique, le Casque de Thor fait environ 30 années-lumière de diamètre, ce qui le rend plus de 10 fois plus grand que l’ensemble de notre système solaire. Il se trouve à environ 3 670 parsecs (11,96 mille années-lumière) de la Terre. Il contient plusieurs centaines de masses solaires. En réalité, il ressemble plus à une bulle interstellaire, soufflée par un vent rapide provenant de la brillante étoile massive en son centre. Connue sous le nom "Étoile Wolf-Rayet" WR7, l'étoile centrale est une géante bleue extrêmement chaude qui serait plus de 280 000 fois plus brillante que notre Soleil et 16 fois plus massive, qui se trouve dans une brève phase d'évolution précédant la supernova. NGC 2359 est situé à environ 15 000 années-lumière de la constellation du Grand Chien. L'image présentée ici est un mélange de données provenant de différents filtres, qui ont capturé les étoiles et la lueur des structures filamenteuses de la nébuleuse. Cela met en évidence une couleur bleu-vert causée par une forte émission due aux atomes d'oxygène dans le gaz rayonnant. Présentée en 2 versions SHORGB Full & Details : NGC-2359 Thor's Helmet in SHORGB HOO Full and details : NGC-2359 Thor's Helmet in HOO
  9. Nous vous présentons cette fois une image de février, un champ autour de 3 galaxies de l’Hydre : NGC 5101 & Consorts Non pas une mais deux belles galaxies occupent cette région de l’espace au sein de la constellation de l’Hydre. Plus important encore, nous avons NGC 5078: la galaxie Liner (avec un noyau de galaxie actif) sur le côté droit. Ensuite, il y a NGC 5101 : la galaxie spirale barrée illustrée sur le côté gauche. Les deux galaxies ont approximativement la même taille que la Voie lactée, soit environ 100 000 années-lumière de diamètre. Bien qu’ils puissent sembler très proches les uns des autres, ils sont en fait séparés par environ 800 000 années-lumière. Si l’on considère le fait que notre grand voisin le plus proche (Andromède) se trouve à environ 1,5 million d’années-lumière de la Voie lactée, les deux sont en effet proches l’un de l’autre (ils sont séparés par moins de la moitié de la voie lactée / andromède). Leur distance réelle est un peu spéculative, car les estimations ci-dessus dépendent des deux galaxies à environ 90 millions d’années-lumière de la Terre. Nous savons cependant qu’ils sont séparés d’environ 0,5 degré dans notre ciel nocturne, soit approximativement la largeur apparente de la pleine lune. En complément ... En prime, il y a en fait une autre galaxie en jeu en dessous de NGC 5078; Appelée IC 879, c’est aussi une galaxie spirale, bien qu’elle soit beaucoup plus faible que ses deux « voisines ». Des preuves, comme le pont de marée qui relie les 2 galaxies, suggèrent qu’ils ont interagi gravitationnellement récemment, peut-être qu’ils le sont encore. De plus, de nombreuses autres galaxies peuvent être vues en arrière-plan, mais elles sont tout simplement trop éloignées pour être résolues clairement. Certaines des autres sources de lumière comme les plus grandes étoiles avec appartiennent à la Voie lactée elle-même. Full & details : https://astrob.in/full/lmcgcs/0/?real=
  10. Merci Frédo... Des grands classiques arrivent (juste après de petites galaxies
  11. Comme promis, encore un Amas Ouvert, mais l’un des plus colorés du ciel… NGC 3532 est un amas ouvert très brillant ouvert situé à environ 1 300 années-lumière de la constellation de Carina (La Carène). Il est officieusement connu sous le nom de Wishing Well Cluster, car il ressemble à des pièces d’argent dispersées qui ont été déposées dans un puits. Il est également appelé le Cluster football, bien que la pertinence de cela dépend de quel côté de l’Atlantique vous vivez. Il a acquis le nom en raison de sa forme ovale, que les citoyens des nations de rugby pourraient voir comme ressemblant à un ballon de rugby. Cet amas d’étoiles très lumineux est facilement visible à l’œil nu de l’hémisphère sud. Il a été découvert par Français astronome Nicolas Louis de Lacaille lors d’une observation d’Afrique du Sud en 1752 et a été catalogué trois ans plus tard en 1755. C’est l’un des amas d’étoiles ouvertes les plus spectaculaires dans tout le ciel. NGC 3532 couvre une zone du ciel qui est presque deux fois la taille de la pleine Lune. Il a été décrit comme un cluster riche en binaires par John Herschel qui a observé « plusieurs étoiles doubles élégantes » ici lors de son séjour en Afrique australe dans les années 1830. D’une importance historique supplémentaire, beaucoup plus récente, NGC 3532 a été la première cible à être observée par le télescope spatial Hubble de la NASA et de l’ESA, le 20 mai 1990. Ce regroupement d’étoiles a environ 300 millions d’années. Cela le rend d’âge moyen selon les normes d’amas d’étoiles ouvertes [1]. Les amas d’étoiles qui ont commencé avec des masses modérées brillent encore de mille feux avec des couleurs bleu-blanc, mais les plus massives ont déjà épuisé leurs réserves d’hydrogène et sont devenues des étoiles géantes rouges. En conséquence, l’amas semble riche en étoiles bleues et oranges. Les étoiles les plus massives de l’amas d’origine auront déjà traversé leur brève mais brillante vie et explosé sous forme de supernovae il y a longtemps. Il y a aussi de nombreuses étoiles moins visibles plus faibles de masse inférieure qui ont une vie plus longue et brillent avec des teintes jaunes ou rouges. NGC 3532 se compose d’environ 400 étoiles au total. Le ciel de fond ici dans une partie riche de la Voie Lactée est très encombré d’étoiles. Certains gaz rouges lumineux sont également apparents, ainsi que des voies subtiles de poussière qui bloquent la vue des étoiles plus éloignées. Ceux-ci ne sont probablement pas connectés à l’amas lui-même, qui est assez vieux pour avoir déblayé tout matériau dans son environnement il y a longtemps. Full & Details : a colored open cluster from the South : NGC 3532
  12. hello Fred, pour répondre à ta question, on se fait plaisir c'est pas trop notre truc de refaire ce que tout le monde fait, m^me si ça va arriver ... On fait aussi des recherches de NP (infructueuses pour l'instant), et dans le CP tout nous plaît donc on se laisse aller, on choisit ce qui nous plaît et puis des fois il faut aussi utiliser des slots où les cibles qu'on veut faire ne sont pas assez hautes ou trop basses... La prochaine sera encore un amas mais très coloré
  13. NGC 3114 est un amas ouvert situé dans la constellation de la Carène. Il a été découvert par l'astronome australien James Dunlop en 1826. NGC 3114 est à environ 911 pc (∼2 970 a.l.) du système solaire et les dernières estimations donnent un âge de 124 millions d'années. La taille apparente de l'amas est de 35 minutes d'arc, ce qui, compte tenu de la distance, donne une taille réelle maximale d'environ 30 années-lumière. Selon la classification des amas ouverts de Robert Trumpler, cet amas renferme plus de 100 étoiles dont la concentration est moyenne et dont les magnitudes se répartissent sur une grande échelle. NGC 3114 a fait l’objet d’études pour la première fois en 1963, lorsque Jankowitz et McCosh ont obtenu une photométrie photographique UBV pour 171 de ses étoiles et une photométrie photoélectrique UBV de 52 étoiles. Ils ont estimé l’amas à 910 parsecs du Soleil, son extinction visuelle moyenne et son âge entre 6x10^7 et 2x10^8 ans. En 1988, Schneider et Weiss ont obtenu des données de photométrie pour 122 étoiles, révisant le rougissant à =0,03. Trois ans plus tard, Sagar et Sharpless ont réalisé le plus grand enregistrement de données du cluster à ce jour, obtenant une photométrie CCD BV d’environ 350 étoiles provenant de sept régions de 3,6'×5,4'. Comme ces régions étaient assez éloignées du centre de grappes, on s’attendait à une contamination importante. Néanmoins, en assumant la valeur de redenning du cluster obtenue par Schneider et Weiss, ils ont trouvé le cluster à 940+-60 pc, ce qui était d’accord avec les mesures prises 28 ans auparavant par Jankowitz et McCosh. Ils ont également constaté que l’âge du groupe était de 1 à 2x10^8 ans. [2] Enfin, en 1989, Claria' et coll. ont estimé l’abondance chimique du groupe, constatant que NGC 3114 a essentiellement la même richesse métallique que le Soleil, pour lequel -0,04 +- 0,04 (Fe - Fer, H - Hydrogène). Full&Detais ici : https://astrob.in/full/zksrqa/0/?nc=Los_Calvos&real=
  14. Bonjour, nous vous présentons cette fois une galaxie bien connue dans l’ERIDAN : NGC 1532 est une galaxie spirale barrée (de type morphologique SB(s)b ),située dans la constellation de l'Éridan à environ 47 millions d'années-lumière de la Voie lactée. NGC 1532 est la galaxie la plus vaste et la plus brillante d'un groupe qui porte son nom. Le groupe de NGC 1532 comprend au moins 9 autres galaxies selon A.M. Garcia : IC 2040, IC 2041, NGC 1531, NGC 1537, ESO 2359-29, ESO 359-31, ESO 420-5, ESO 420-6 et ESO 420-9. Sur l’image on distingue clairement son interaction avec NGC 1531, engagée dans une valse fougueuse, la galaxie spirale déformée au premier plan lacée avec des voies de poussière NGC 1532 est si proche de son compagnon — la galaxie de fond avec un noyau lumineux juste au-dessus du centre de NGC 1532 — qu’elle est déformée : un de ses bras en spirale est déformé et des panaches de poussière et de gaz sont visibles au-dessus de son disque. La danse cosmique mène à un autre effet dramatique : une toute nouvelle génération d’étoiles massives est née dans NGC 1532 à cause de l’interaction. Ils sont visibles comme les objets violets dans les bras en spirale. Full & détails : NGC 1532 a galaxy in the Eridan
  15. Hello, la trainée verticale est due à une double colonne morte impossible à faire complètement disparaître car le dithering était trop faible... Quand aux 2 taches rouges et vertes, je ne sais pas je vais les retirer. Merci !
×
×
  • Créer...

Information importante

Conditions générales