Aller au contenu
Forum Avex

Dieter333

Anciens Avex
  • Compteur de contenus

    2 181
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    41

Tout ce qui a été posté par Dieter333

  1. pour Fredo, on a même des cibles avec 70h et plus où finalement rien n'apparaït (confirmation ou non de NP)
  2. hello Fredo, nous avons choisi cet objet car il est très peu imagé et très intéressant au niveau propriétés de nébuleuse planétaire.... on ne choisit pas toujours des cible "fun" ou super esthétiques
  3. Découverte en 2004 par les astronomes Mark J. Pierce, David J. Frew et Quentin A. Parker, PFP 1 (alias PN G222.1+03.9) est une nébuleuse planétaire remarquablement annulaire située à Monoceros, mesurant 19 minutes d’arc de diamètre, ce qui en fait l’une des plus grandes de son type. PFP 1 a un rayon estimé de 1,5 parsec et a une symétrie presque parfaite, brisée uniquement sur le bord nord-ouest, ce qui est couplé à une augmentation significative de l’intensité des atomes d’hydrogène. Cet arc de nébulosité intense a déjà été détecté dans les plaques rouges POSS I et II et celles du relevé SERC ER sous la forme d’une traînée allongée de nébulosité. L’anneau de grand diamètre est presque indétectable en raison de sa luminosité de surface extrêmement faible. On estime que PFP 1 se trouve à 1 800 années-lumière. Il s’agit d’une nébuleuse planétaire jusqu’alors inconnue, très évoluée, à faible excitation, qui en est aux premiers stades d’une interaction avec le milieu interstellaire (ISM). Il a été découvert par hasard à partir d’images du relevé Hα AAO/UKST dans le cadre d’un projet d’exploitation des données du relevé et a échappé à la détection des relevés précédents en raison de sa très faible luminosité de surface. Il s’agit d’une remarquable nébuleuse planétaire à sphère creuse, d’environ 19 pouces de diamètre, ce qui en fait l’un des plus grands exemples de ce type. Nous estimons un rayon de 1,5 pc et une distance de 550 pc dérivées d’une nouvelle relation brillance de surface Hα-rayon. PFP 1 a une symétrie circulaire presque parfaite, brisée uniquement sur le bord nord-ouest, ce qui est couplé à une intensité significativement accrue (Hα + [Nii]), ce qui fournit des preuves d’une interaction avec l’ISM. Nous trouvons une composition proche du soleil pour cet objet avec des abondances peut-être améliorées de He et N. La distance, couplée à l’estimation de ǫ = 0,3 basée sur la géométrie PN, donne une masse nébulaire de 0,6 M ⊙ ce qui est cohérent avec d’autres PNe très évolués. Un bon CS candidat a été identifié à partir des plaques UKST B, J et R. Une spectroscopie de suivi est prévue pour confirmer s’il s’agit de la véritable étoile centrale. L’absence d’émission de poussières de CO et d’IRAS adjacentes explique pourquoi PFP 1 a pu s’étendre sans encombre jusqu’à sa taille actuelle de ∼3,0 pc. Nous trouvons deux causes possibles à l’interaction évidente sur le bord nord-ouest : le mouvement du PN par rapport à son environnement, selon Borkowski et al. (1990), ou une rencontre avec une région de densité accrue à mesure qu’elle s’étend. Sur la base des données disponibles, nous ne sommes pas en mesure d’affirmer de manière concluante qui est responsable. Une détermination précise du mouvement approprié du candidat CS serait utile pour établir lequel de ces scénarios est le plus probable. L’analyse des spectres à résolution modérée a montré qu’il s’agit d’un PN de faible excitation, ce qui est cohérent avec d’autres exemples séniles de grand diamètre. Bien que les spectres aient un faible rapport signal/bruit, la composition chimique de ce PN est probablement proche de celle du soleil, et bien qu’il présente un rapport [Nii]/Hα élevé, il est douteux qu’il s’agisse d’un PN de type I de bonne foi tel que défini par Kingsburgh et Barlow (1994). La même technique qui a conduit à la découverte de PFP 1 nous a fourni ∼30 autres PNe candidats de taille >4'. Un programme de suivi est en cours pour obtenir des spectres et une imagerie à bande étroite de cet échantillon. (extrait de PFP 1 : Une grande nébuleuse planétaire prise dans les premières étapes de l’interaction ISM : Mark J. Pierce, David J. Frew, Quentin A. Parker et Joachim Köppen) Full & details sur astrobin : https://astrob.in/full/ktc0ly/0/
  4. NGC 1055 & M77 La grande galaxie spirale NGC 1055 (en bas à gauche) se joint à la spirale M77 pour former ce paysage cosmique en direction de la constellation de la Baleine. L’aspect étriqué et poussiéreux de NGC 1055, vue par la tranche, contraste avec celui de M77, vue de face, ce qui permet d’apprécier son brillant noyau et ses bras spiraux. Dépassant toutes deux les 100 000 années-lumière de diamètre, ces galaxies forment le couple dominant d’une petite meute de galaxies située à quelque 60 millions d’années de distance. À cette distance estimée, M77 est une des entrées les plus lointaines du catalogue de Charles Messier et est séparée de sa semblable NGC 1055 par au moins 500 000 années-lumière. Le champ couvre sur le ciel à peu près la même superficie que la pleine Lune NGC 1055 NGC 1055 est une galaxie spirale barrée relativement rapprochée et vue par la tranche et située dans la constellation de la Baleine. NGC 1055 est une galaxie de type morphologique Sab, située à une 50aine d’années-lumière. La classe de luminosité de NGC 1055 est II et elle présente une large raie HI. De plus, c'est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés et elle est aussi une galaxie active de type Seyfert 2 (Sy 2)1. Son bulbe proéminent est traversé par une large et sombre bande de poussière. Son trou noir central est supermassif, de l’ordre de 10millions de masses solaire M77 M77 est une galaxie dotée d'un noyau actif qui est caché aux longueurs d'onde visibles par un nuage de poussière interstellaire. C'est une galaxie de Seyfert de type 2, situé à une 40 d’années-lumière. C’est une galaxie de type morphologique (R)SA(rs)b. La notation (R) au début signifie que la galaxie est entourée d'un anneau extérieur.. Le trou noir supermassif au centre de la galaxie est entouré par deux disques de gaz qui tournent en sens inverse l'un de l'autre, phénomène très surprenant à l'échelle de quelques années-lumière9. La galaxie M77 est vraisemblablement la source de certains neutrinos détectés par l'expérience IceCube. Publié en 2010, grâce aux observations du télescope spatial Hubble, on a détecté un disque de formation d'étoiles autour du noyau de NGC 1068. La taille de son demi-grand axe est estimée à 1190 pc (~3880 années-lumière). Full et détails on astrobin : https://astrob.in/full/9np6xo/0/
  5. NGC 4631 et 4656 forment un nouveau couple de galaxies aux formes originales, déformées par des interactions gravitationnelles. Un couple dites-vous ? Et bien non, il s'agit en fait d'un quatuor, comme vous allez le découvrir. Commençons par la galaxie de la Baleine, à droite, NGC 4631. Elle s'étire sur 140.000 années-lumière et elle se trouve entourée par une bulle de gaz chaud émettant des rayons X. Telle le grand mammifère marin, elle semble recouverte de pustules, des condensations de gaz en train de s'effondrer pour donner naissance à de nouvelles étoiles. La minuscule galaxie voisine pourrait évoquer le geyser qui s'échappe par l'évent dorsal de la baleine. C'est elle qui est à l'origine de l'aspect torturé de NGC 4631, les deux s'arrachant du gaz et de la matière. Passons maintenant à la galaxie éloignée à gauche en bas dans le champ, NGC 4656 surnommée la Crosse de hockey. Voyez-vous la galaxie naine qui est en interaction là aussi ? Il s'agit de NGC 4657 qui forme la lame de la crosse de hockey, NGC 4656 tenant le rôle du manche. C'est William Herschel qui découvrit cet étrange objet céleste en 1787. Cela nous fait donc deux grandes galaxies en interaction, chacune également déformée par la présence d'un petit compagnon. Full & Details astrobin : https://astrob.in/full/61sw36/0/
  6. en même temps temps on cherche des cibles peu communes, peu ou pas imagées ou exotiques
  7. Un PN très très faible. Nous pensons qu’il s’agit de la deuxième image détaillée du PK 210+03.1 (PN G210.0+03.9), qui a été cataloguée sous le nom de We 2-34 en 1977. La base de données des nébuleuses planétaires HASH rapporte qu’il s’agit d’une vrai PN très très faible en forme d’anneau et que les spectres confirment la présence de Ha et de NII. Sa taille est de 230 ». c’est vraiment très très faible... vous pouvez voir la brute 50hours Ha dans la version C. Après 20 heures d’OIII, il est impossible de discerner une trace d’OIII. Nous n’avons pas été en mesure de détecter le progéniteur de l’étoile bleue. Nous n’avons pas trouvé d’autre documentation à ce sujet. Nous avons essayé de ne pas le rendre trop lumineux, c’est vraiment faible.... voir la brute 50hours en vB. Full&Details in Astrobin : https://astrob.in/o5ftcu/0/
  8. hello Frédo pour le cadrage, bien que je pense qu esi je cadre la LDN 66 entièrement, je n'ai pas celle du haut en entier... et j'ai la double Puppies qui se retrouvce tronquée....c'est surtout que j'aurais dû décaler vers la gauche afin la nébuleuse rouge plus importante et surtout j'aurais choppé une nébuleuse planétaire au-dessus.... Pour ce qui est de l'IFN, avec tout le faible signal Ha qui baigne une bonne partie de l'image ce n'est pas évident (enfin je n'ai pa mieux réussi). Mais merci pour tes critiques toujours justes ! Meilleurs Voeux !
  9. Pour changer ce n’est pas un champ extraordinaire mais un joli champ étoilé multicolore parsemé de nébuleuses sombres plus ténues que dans l’hémisphère Nord et réhaussé dans la bas droite par le début d’une Nébuleuse en émission rouge. Située dans la constellation de la Poupe, FEST 1-7 est l’une des nombreuses nébuleuses sombres découvertes par les astronomes Johannes Feitzinger et Janine Stuwe et incluses dans le catalogue FEST des nébuleuses sombres, publié en 1984. Près du centre se trouvent deux très petites nébuleuses à réflexion bleue collectivement cataloguées comme Bran 51 A&B. Plus à droite se trouve la frontière d’une nébuleuse en émission autour de l’ISM (Interstellar Medium Object) Bran 46. Le catalogue Fest rassemble les nébuleuses sombres et les globules entre les 240 et 360 degrés. Les régions qui se chevauchent entre l’enquête POSS-Lynds et le travail du catalogue Fest ont été utilisées pour calibrer les classes d’opacité. Ce lien garantit l’égalité des classes d’opacité dans les deux enquêtes, malgré les différentes magnitudes limites du matériel photographique. Lynds a utilisé les tirages POSS rouges et bleus et n’a enregistré que les nuages visibles sur les photographies rouges et bleues. Ainsi, certains nuages ténus, qui peuvent être transparents dans le rouge, ne sont pas inclus. Le catalogue du Festival a utilisé les plaques bleues pour obtenir un plus grand niveau d’exhaustivité. En comparant les nuages des régions qui se chevauchent dans les deux relevés, nous constatons que le nombre de nuages par champ n’est pas influencé. Le ciel du nord montre 2,5 fois l’obscurcissement de l’hémisphère sud. Cela reflète le fait bien connu que la bande visible de la Voie lactée change d’aspect morphologique du nord au sud. La partie sud semble plus homogène en raison de l’absence du Great Northern Ritt dans la Voie lactée. Il en résulte moins de nuages de grande opacité, qui sont responsables de la robustesse. De plus, la partie sud est beaucoup plus lumineuse, ce qui explique également une plus grande homogénéité. Outre leurs différentes opacités, les nuages interstellaires présentent une variété déconcertante de formes et de tailles. Pour tenir compte de ce fait, le catalogue du Festival a été complété par des catégories descriptives : queue d’un globule cométaire, trace de ver, filament noir, etc., et le schéma de classification de van Bergh (1972). Les quatre catégories : nuage amorphe (a) ... L’absorption à arêtes vives (Ö) peut être comprise en termes d’une simple image physique de l’évolution des nuages interstellaires. Ces classifications devraient refléter l’histoire évolutive des processus dynamiques ou thermiques qui ont jadis provoqué la formation des nuages et des globules sombres. Full & Details Astrobin : https://astrob.in/77aquj/0/
  10. Depuis le début de notre installation nous voulions imager cet ensemble de faibles nébuleuses, mais NGC 2170 se trouvant dans la constellation de la Licorne, quelques degrés au-dessous de l'équateur céleste, les prises sont pertubées par une véritable autoroute de satellites en orbite géostationnaire et notre télescope capte de nombre reflets dûs a de grosses étoiles très proches, il a donc fallu faire de nombreux essais afin d’arriver à obtenir des images « traitable ». La nébuleuse NGC 2170 révèle une incroyable mosaïque de différents types de nuages gazeux. NGC 2170 fait partie des nébuleuses par réflexion, nuages de poussière qui réfléchissent la lumière d'étoiles voisines - en bleu sur l'image. Elle voisine avec des nébuleuses en émission, qui émettent de la lumière (ici, dans les tons rouges) et des nébuleuses obscures (en noir), qui voilent la lumière. NGC 2170 est une pouponnière stellaire qui s’est formée il y a environ 6 à 10 millions d’années, située au bord du nuage moléculaire géant de forme elliptique Monoceros R2 (Mon R2), à environ 2 700 années-lumière de la Terre dans la constellation de la Licorne. En fait, NGC 2170 n’est que la nébuleuse bleue-et rose au milieu sur le bord droit de l’image, tandis que cette région énigmatique – de plus de 15 années-lumière de diamètre – présente sur cette image un mélange de types de nébuleuses : Les zones bleuâtres sont des nébuleuses par réflexion (NGC 2170, NGC 2182 & VdB69), ainsi nommées parce qu’elles réfléchissent la lumière des étoiles chaudes proches. La taille des particules de poussière dans ces zones reflète préférentiellement la lumière bleue, similaire à celle des cigarettes et d’autres types de fumée. Les zones rouges sont des nébuleuses en émission, et brillent parce que la lumière ultraviolette des étoiles voisines excite l’hydrogène et d’autres atomes de gaz dans la nébuleuse, qui émettent ensuite leur propre lumière dans des couleurs spécifiques. Enfin, ce qui ressemble un peu à de l’encre noire répandue sur l’image sont des nébuleuses d’absorption sombres(LBN 994LBN993,LBN 998,& LBN 999), et ne sont visibles qu’à cause de la lumière qu’elles bloquent. En d’autres termes, la nébuleuse sombre est vue en silhouette. Il y a des signes révélateurs de la formation continue d’étoiles et de jeunes étoiles massives principalement cachées derrière l’épaisse poussière interstellaire, qui absorbe fortement la lumière ultraviolette et visible. Les vents énergétiques et le rayonnement intense de ces jeunes étoiles chaudes remodèlent leurs nuages interstellaires natals. Full & details on astrobin : https://astrob.in/s63k55/0/
  11. 40 h avec un focale de 8 et une CCD c 'est pas beaucoup....
  12. SH2-164 C’est sur une région bien peu imagée car peu lumineuse que nous avons jeté notre dévolu… (Wikipedia)Sh2-64 (également connue sous le nom de Westerhout 40, W40 ou RCW 174) est une nébuleuse en émission visible dans la queue de la constellation du serpent. Bien que peu connue, c'est l'une des régions de formation d'étoiles les plus proches du système solaire. Sh2-64 est situé dans la partie orientale de la constellation, à environ 3° nord-est de l'étoile η Serpentis et à une très courte distance angulaire de l'étoile 60 Serpentis (en), de magnitude apparente 5,39. Sa lumière filtre à travers une fente dans le grand complexe de nébuleuses sombres qui composent le Rift de l'Aigle, au point qu'aucun champ d'étoiles de fond n'est observable à proximité. À cause de ce filtre, la nébuleuse ne peut être observée optiquement avec aucun instrument amateur. Cependant, elle peut être identifiée sur des photographies à longue exposition prises à l'aide de filtres appropriés. La période la plus propice à son observation dans le ciel du soir se situe entre juin et novembre. N'étant qu'à 2° de l'équateur céleste, il peut être observé indistinctement depuis toutes les régions peuplées de la Terre, ne restant invisible que depuis les zones entourant immédiatement le pôle nord. C'est une grande région H II qui fait partie d'une importante région de formation d'étoiles, associée à la source radio brillante W40, d'où proviennent des étoiles de grande masse. Malgré cela, en raison de son fort assombrissement par le Rift de l'Aigle, elle est restée une région très peu étudiée pendant des années. La nébuleuse reçoit le rayonnement ionisant de certaines étoiles jeunes et massives de classe spectrale B1V, désignées par W40 OS1a, W40 OS2a et W40 OS3a, toutes entourées d'un disque protoplanétaire dense1. Les estimations sur sa distance sont d'environ 400 pc (∼1 300 al)2 ou au plus 600 parsecs (1 960 années-lumière)1. Dans les deux cas, l'emplacement de la nébuleuse tombe sur le bord intérieur du bras d'Orion, en correspondance avec les nuages denses de poussière non éclairée constituant le Rift de l'Aigle. Les études de rayons X menées par le télescope spatial Chandra ont permis d'identifier 194 sources de rayons X presque certainement associées à W40, coïncidant avec autant de jeunes objets stellaires. Les étoiles de la pré-séquence principale identifiées dans cette région sont au nombre d'environ 600 et sont regroupées en un très jeune amas ouvert de forme sphérique profondément immergé dans les gaz du nuage et fortement obscurci par les bancs de poussière du Rift. L'âge des composants de cet amas ne dépasserait pas un million d'années, bien que celui-ci puisse contenir des étoiles d'âges différents. En particulier, on pense que 6 de ses 8 étoiles les plus massives font partie d'une deuxième génération plus jeune, ce qui conduit à l'hypothèse d'un prolongement des processus de formation des étoiles de grande masse3. Les composants stellaires identifiés par rayons X ont une masse supérieure à 0,2 M☉. Parmi ceux-ci, 90 % ont une masse inférieure à 2 M☉ et 7 ont une masse supérieure ou égale à 10 M☉. L'étoile la plus massive est W40 OS2a, avec une masse de 10 M☉3. Les trois étoiles ionisantes forment une petite association OB. Certaines des sources de rayonnement infrarouge les plus remarquables de la région ont été répertoriées par l'IRAS et portent les initiales IRAS 18288-0207 et IRAS 18288-01584. À celles-ci s'ajoute la source RAFGL 21775. Le noyau le plus dense de toute la région coïncide avec un nuage moléculaire catalogué comme TGU 279-P7. Il existe un peu de réflexion en avant-plan, sous la partie lumineuse, difficile à bien faire ressortir. Aucun signal n’est détecté en Vert et OIII L’image est en LHa-HaRGB Full et details Astrobin : https://astrob.in/eij7xh/0/
  13. NGC 2736 – Pencil nebula NGC 2736 est un rémanent de supernova située dans la constellation des Voiles à environ 815 années-lumière de la Voie lactée. C’est la partie la plus Lumineuse du grand rémanent des Voiles La longueur de la nébuleuse du Crayon est d'environ 5 années-lumière et elle est une partie du rémanent des Voiles. Ce rémanent est situé près du pulsar des Voiles, pulsar provenant de la supernova qui a donné naissance au rémanent il y a environ 11000 ans. La luminosité du rémanent provient de régions denses de gaz qui sont entrées en collision avec l'onde de choc de la supernova. Au fur et à mesure que l'onde de choc se déplace dans l'espace de droite à gauche dans l'image du télescope spatial Hubble, elle compresse les gaz en les chauffant. Initialement, les gaz sont chauffés à des millions de degrés, mais il se refroidissent ensuite et ils émettent alors de la lumière. Les couleurs des régions de la nébuleuse fournissent des renseignement sur le processus de refroidissement. Certaines régions sont encore si chaudes que les émissions sont dominées par les atomes d'oxygène ionisés, qui brillent en bleu sur l'image. D'autres régions se sont refroidies davantage et elles sont visibles en émettant du rouge dans l'image. Ces émissions proviennent des atomes plus froids d'hydrogène. La couleur indique donc la température du gaz. La petite tâche rouge sous la nébuleuse est PK 266 +00.1, après avoir été prise pour une candidate NP c’est finalement une étoile à émission de ligne (surement Ha) : Ve 6-22. Le traitement fut assez difficile car nous avons décidé de faire une image en utilisant les 3 couches du SHO et les 3 couches du RGB et les gradients furent difficiles à gérer. Nous avons effectué de nombreux essais de traitements san sen être réellement satisfaits, cette dernière version ne nous satisfait pas pleinement mais nous avons décidé de nous arrêter là. La Luminance est issue des données Ha-OIII et Luminance. Les couches NarrowBand ont été ajoutées sous Photoshop au RGB. Full & details Astrobin : https://astrob.in/mllv9a/C/
  14. GUM 15 Un superbe représentant d’un champ HII. Gum 15, également connue sous le nom de RCW32, dans la constellation des Voiles est à environ 3000 années-lumière. Une nébuleuse magnifiquement détaillée qui est façonnée par les violents vents interstellaires des étoiles autour et dans cette nébuleuse. La présence d’un amas d’étoiles brillantes (Collinder 197) l’illumin. Bien qu’il s’agisse principalement d’une nébuleuse en émission (Hα uniquement), il y a une nébulosité par réflexion présente qui est vue comme de légères traînées de bleu/magenta à travers la nébuleuse. Près du plus grand complexe RCW 27, cette nébuleuse est probablement ionisée par l’étoile multiple de classe B HD 74804, le membre le plus brillant de l’amas d’étoiles Collinder 197. Représenté ici en HαRGB (couleur naturelle mais avec les détails et le contraste de Hα). Full & details Astrobin : https://astrob.in/zn0d3m/0/
  15. Nous continuons notre collection de nébuleuses planétaires. Cette fois, c'est au tour de NGC 5189. Cette nébuleuse distante de 1800 années-lumière, dans la constellation australe de la Mouche, arbore une forme particulière. Ses nuages dessinent un S qui résulte vraisemblablement de perturbations engendrées autour de la naine blanche qui occupe le cœur du complexe gazeux. D'autres nébuleuses planétaires doivent leur forme tourmentée au fait qu'un système d'étoiles doubles se trouve en leur centre. Sa double structure bipolaire ou quadrupolaire pourrait s’expliquer par la présence d’une deuxième étoile en orbite autour de l’étoile centrale et influençant le modèle d’éjection de masse lors de son agonie productrice de nébuleuses. Le reste de l’étoile centrale, ayant perdu une grande partie de sa masse, vit maintenant ses derniers jours en tant que naine blanche. Cependant, il n’y a pas de candidat visuel pour le compagnon possible Ce même objet représente le stade ultime d'évolution d'une étoile comme le Soleil qui, après avoir enflée en géante rouge, a relâchée son enveloppe dans l'espace pour former une nébuleuse. Cette image est un gros crop de l’image SHORGB. Full and détails astrobin : https://astrob.in/2n6hms/0/
  16. Dieter333

    IC 1805 - SHO

    Très joli champ ! (manque un peu d'étoiles à mon goût..mais c'est la mode !)
  17. NGC 1945-1948 N49 & autres dans le Grand Nuage de Magellan Dans ce champ centré sur NGC 1948, beaucoup de nébuleuses et d’amas composent cette image située dans le Grand Nuage de Magellan constellation de la Dorade. C’est un champ assez peu imagé. (cf version annotée) Les plus remarquables : NGC 1948 : une nébuleuse en émission Ha associée à un amas ouvert. NGC 1945 : une nébuleuse en émission OIII SNR N49 : (ou aussi SNR J052559-660453) également connue comme La Nebuluese du Brésil est le rémanent de super nova le plus brillant du Grand Nuage de Magellan. Il se trouve à environ 160 000 années-lumière et devrait être âgé d’environ 5000 ans. Les dernières images de N49 par l’observatoire à rayons X Chandra ont révélé un objet en forme de balle se déplaçant à environ 5 millions de miles à l’heure d’une source ponctuelle brillante de rayons X et gamma, probablement une étoile à neutrons avec un champ magnétique extrêmement puissant, connu sous le nom de répéteur gamma doux (PSR-0525-66) . Un sursaut gamma particulièrement fort de LMC N49 a été détecté le 5 mars 1979. Notre télescope(cf notre image de N49) n’a pas la définition nécessaire pour révéler sa structure en de nombreux filaments (cf Hubble : https://blogs.futura-sciences.com/feldmann/wp-content/uploads/sites/9/2022/12/reste_supernova.jpg) NGC 1978 : est un amas globulaire de forme elliptique sûrement due à une action tidale avec le LMC. Contient beaucoup d’étoiles riches en oxygène ou carbonées. Il est vieux d’environ 2 milliards d’années. Plus tous les amas KMHK, les zones d’émission LHA 120-N 48D & 45, NGC 1941 Et en bas à droite la remarquable étoile OGLE LMC505.19.014414 qui est une Variable Lyrae RR (Optical Gravitational Lensing Event), une microlentille gravitationnelle. Il a été très difficile pour nous de choisir entre la version SH-OORGB et la SHORGB, c’est pourquoi nous postons les 2 versions ainsi que la luminance HaOIII de N49, les 2 starless pour mieux distinguer les structures et une version annotée du champ. Les détails et la full Astrobin : https://astrob.in/tkzzmi/0/
  18. NGC 1945-1948 N49 & autres dans le Grand Nuage de Magellan Dans ce champ centré sur NGC 1948, beaucoup de nébuleuses et d’amas composent cette image située dans le Grand Nuage de Magellan constellation de la Dorade. C’est un champ assez peu imagé. (cf version annotée) Les plus remarquables : NGC 1948 : une nébuleuse en émission Ha associée à un amas ouvert. NGC 1945 : une nébuleuse en émission OIII SNR N49 : (ou aussi SNR J052559-660453) également connue comme La Nebuluese du Brésil est le rémanent de super nova le plus brillant du Grand Nuage de Magellan. Il se trouve à environ 160 000 années-lumière et devrait être âgé d’environ 5000 ans. Les dernières images de N49 par l’observatoire à rayons X Chandra ont révélé un objet en forme de balle se déplaçant à environ 5 millions de miles à l’heure d’une source ponctuelle brillante de rayons X et gamma, probablement une étoile à neutrons avec un champ magnétique extrêmement puissant, connu sous le nom de répéteur gamma doux (PSR-0525-66) . Un sursaut gamma particulièrement fort de LMC N49 a été détecté le 5 mars 1979. Notre télescope(cf notre image de N49) n’a pas la définition nécessaire pour révéler sa structure en de nombreux filaments (cf Hubble : https://blogs.futura-sciences.com/feldmann/wp-content/uploads/sites/9/2022/12/reste_supernova.jpg) NGC 1978 : est un amas globulaire de forme elliptique sûrement due à une action tidale avec le LMC. Contient beaucoup d’étoiles riches en oxygène ou carbonées. Il est vieux d’environ 2 milliards d’années. Plus tous les amas KMHK, les zones d’émission LHA 120-N 48D & 45, NGC 1941 Et en bas à droite la remarquable étoile OGLE LMC505.19.014414 qui est une Variable Lyrae RR (Optical Gravitational Lensing Event), une microlentille gravitationnelle. Il a été très difficile pour nous de choisir entre la version SH-OORGB et la SHORGB, c’est pourquoi nous postons les 2 versions ainsi que la luminance HaOIII de N49, les 2 starless pour mieux distinguer les structures et une version annotée du champ. Les détails et la full Astrobin : https://astrob.in/tkzzmi/0/
  19. 2 petites et faibles possibles NP : StDr 167 & 174 Xavier Strotner et Marcel Drechsler ont découvert 2 possibles NP situées dans le Triangle Austral. Nous avons essayé de les imager, elles sont très faibles puisqu’elles n’apparaissent aucunement sur des brutes de 20minutes en bande étroite. Après 30h en Ha et OIII il est possible de les voir apparaître, les 2 sont très proches. StDr 167 est une NP confirmée (PN-G : 323.3-06.9) pour laquelle un spectre déjà été réalisée par Pascal Le Dû, elle a un diamètre de 1.2 minute d’arc. Elle a une forme de cercle crénelé et n’est vsible qu’en OIII StDr 174 est plus grande mais plus diffuse et elle émet en HA et OIII la résultante fait qu’elle apparaît gris bleuté et n’a pas une forme vraiment bien définie (comme des trainées). Vue qu’elle très faible aucun spectre n’a encore pû être effectué pour confirmer sa nature. Sa taille approximative est de 7.5 x 5 minutes d’arc. Nous vous présentons le champ complet, avec un crop en starless en version B pour mieux les identifier. Le traitement n’a pas été facile et nous avons choisi d’essayer de ne pas surtraiter afin de leur conserver leur aspect « naturel ». Full & Details Astrobin : https://astrob.in/full/kwwrw5/0/
  20. Another Abell… Abell 33 (PK238+34.1) in Rha-GOIII-BOIII La plupart des étoiles de masses semblables à celle de notre Soleil achèveront leur existence sous la forme de naines blanches, des petits corps, denses et chauds à la fois, dont la température diminue progressivement au fil des milliards d'années. Au cours de cette ultime phase de leur existence, elles expulsent leur atmosphère dans l'espace environnant, générant par là même des nébuleuses planétaires, c'est-à-dire des enveloppes de gaz particulièrement brillantes et hautes en couleurs autour d'un résidu stellaire brillant, de petite taille. L'image laisse apparaître les remarquables contours circulaires de la nébuleuse planétaire Abell 33, située à quelque 2.500 années-lumière de la Terre. Une sphéricité aussi parfaite est inhabituelle pour ce type d'objet car bien souvent un facteur perturbe cette symétrie et la nébuleuse planétaire affiche des contours irréguliers. La rotation de l'étoile ou bien encore son appartenance à un système d'étoiles double ou multiple peut par exemple constituer une source de perturbation. La présence d'une étoile étonnamment brillante sur le bord extérieur de la nébuleuse crée une magnifique illusion d'optique. Il s'agit là d'un alignement totalement fortuit : l'étoile, baptisée HD 83535, se situe en réalité à l'avant-plan de la nébuleuse, à mi-chemin ou presque entre la Terre et Abell 33. À cet endroit précis, elle magnifie l'image obtenue. La combinaison de ces deux objets, HD 83535 d'une part et Abell 33 d'autre part, forme une bague de diamant étincelante. Le vestige de l'étoile ayant donné naissance à Abell 33 est sur le point de devenir une naine blanche. Il apparaît sous l'aspect d'une perle lactée à proximité du centre de la nébuleuse. Il est encore brillant car sa luminosité est supérieure à celle de notre propre Soleil et émet suffisamment de rayonnement ultraviolet pour illuminer la matière éjectée. Nous préférons cette version avec ajout du HA et du OIII car la couleur de la nébuleuse est vraiment bleu-verte. (from Futura science) Full & Details on Astrobin : https://astrob.in/6bntau/0/
  21. Bonjour, Une autre nébuleuse planétaire Abell 29 (PK244.5+12.5) Abell 29 (PK244.5+12.5) est une nébuleuse planétaire rarement imagée dans la Boussole (Pyxis). Abell29 est une Abell assez grande, mesurant 6,7 minutes d’arc et a une magnitude de 14,3. Elle apparaît très faiblement sur l’image RVB. Le signal Ha est bien plus fort que le signal Oiii, mais le Ha est concentré sur le bord extérieur, donc les deux se montrent bien. Elle présente des détails charmants et frappants, avec le Ha très fort sur les côtés opposés qui présentent des propriétés bipolaires. Dans cette image SHOO RGB d’environ 80h, le S renforce le Ha, Full and details on astrobin :
  22. hello, c'est la réduction d'étoiles qui est trop forte je pesnse, et comme l'image est constellée d'étoiles... regardez la version starless en taille réelle pas de problèmes. Note : je n'utilise plus depuis 6 mois la déconvolution
  23. nous revenons à nos amours, cette fois une faible, passouvet imagée ni documentée : Abell 66 une faible nébuleuse planétaire : Abell 66 (PK019-23.1) est une nébuleuse planétaire très rarement photographiée à environ 1 800 années-lumière du Sagittaire. Abell66 est un Abell de taille moyenne, mesurant 4,5 minutes d’arc et a une magnitude de 14,9. Cela apparaît à peine sur l’image RVB. Ha et Oiii apportent tous deux une bonne contribution, l’Oiii fort au centre de sa forme circulaire, et le Ha formant un anneau extérieur fort. Une étoile bleue centrale peut simplement être distinguée, mais quelque peu chevauchée par une petite étoile blanche similaire. Il est estimé à 2,2 années-lumière de diamètre. L’image est en HOORGB pour renforcer le signal. Details & Full on Astrobin : , la version originale représente le champ complet
×
×
  • Créer...

Information importante

Conditions générales