Aller au contenu
Forum Avex

Denier

Avexiens
  • Compteur de contenus

    172
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    7

Denier a gagné pour la dernière fois le 13 mars

Denier a eu le contenu le plus aimé !

À propos de Denier

  • Date de naissance 14/02/1956

Converted

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

Denier's Achievements

Collaborator

Collaborator (7/14)

  • Conversation Starter
  • Reacting Well Rare
  • Dedicated
  • First Post
  • Collaborator

Recent Badges

28

Réputation sur la communauté

  1. C'est aussi la dernière image que je préfère. Je trouve que c'est la plus lisible. Superbe !
  2. Bien sûr Joseph. Je viens de faire une (courte, météo oblige) séquence sur M42/IC434 sans filtre pour me faire une idée.
  3. Vendredi 18h. Je suis le premier à la Gevrinière, accueilli, comme toujours chaleureusement, par nos hôtes. En temps normal, j'installe le setup dans la foulée. Là, la météo ne laisse pas beaucoup d'espoir. Le matos reste dans la voiture. Aslan, puis Laurent arrivent. Notre début de soirée sera consacré à un exposé précis de Frédo et Laurent sur les formats et qualités des photos : quelles sont les différents formats, leurs caractéristiques, leur utilisation. Quand et pourquoi utiliser le TIF, le FIT, le JPG, le PNG et les autres. Le repas fut animé autour des fabuleuses lasagnes préparées par Ana et, pour ma part, j'ai fait part à Fredo des problèmes recontrés lors du traitement de mes dernières photos : taches persistantes après pré-traitement SIRIL En voyant les taches noires, Fredo me demande si je fais des flats car, normalement, l'intégration des flats dans le prétraitement permet de corriger ces défauts. Pour vérifier, il prend quelques minutes pour télécharger Deep Sky Stacker (DSS) et lance le traitement avec les mêmes fichiers que ceux utilisés dans SIRIL. La brut de régistration est nickel, sans tache. C'est dont le traitement Siril qui pose probléme. Je vais décrypter le script que j'utilise habituellement pour comprendre où il pêche. Je ferai ça plus tard, rentré à la maison. En regardant en détail la photo problématique, Fredo me conforte sur le fait que ma mise en station était impeccable. Par contre, la mise au point est améliorable. Je la fais essentiellement à l'aide du masque de Bahtinov ce qui, à ses yeux est insuffisant. Laurent confie avoir utilisé autrefois le logiciel DigicamControl. Relié à l'APN, il permet d'afficher le liveview sur écran et dispose d'un outil de gestion de la mise au point de l'objectif à partir de la mesure du FWHM sur une étoile. La fin de soirée est pour moi consacrée au téléchargement et à la prise en main de cet outil. Un dernier coup d'oeil dehors... il pleut. Dodo vers 1h du matin. Samedi matin, Laurent et Aslan vont se balader. Pour ma part, je veux avancer sur la question de la mise au point. La veille, je n'ai pas trouvé dans DigicamControl la fonction permettant la mesure du FWHM. Peut-être a-t-elle été supprimée dans la version la plus récente. A son retour, Laurent se débrouille pour me procurer la version avec laquelle il travaillait autrefois. Je finis par trouver la fonction recherchée qui, en fait existe toujours dans la dernière version. En faisant des test avec Canon 6D équipé du 300mm, je constate avec plaisir que l'outil de réglage fonctionne même lorsque l'autofocus de l'objectif est désactivé, ce qui n'est pas le cas dans d'autres outils. En observant le léger flouté autour de mes étoiles, Fredo constate qu'il n'est uniformément situé autour des étoiles. Peut-être est-ce dû à un mauvais positionnement du filtre anti-pollution (clip) IDAS positionné devant le capteur. Une seule solution : prendre des clichés identiques avec et sans le filtre. Le résultat est flagrant : à fort grossissement, le piqué est supérieur sans filtre qu'avec filtre. C'est donc ainsi que je ferai mes prochaines photos. La météo prévoit des éclaircies. En fin d'après-midi, Fredo, Aslan et moi montons nos setup à côté de la Frana, pendant que Laurent va chasser la comète sur la colline en face, mieux orientée. J'ai plein de choses à tester : le positionnement de mes outils (APN, Asiair, Miniscope et cam) sur ma nouvelle (et courte) queue d'aronde, le paramétrage du guidage sur l'Asiair, mise au point sur mon 300mm avec DigicamControl. Sur le premier point, je suis parvenu à trouver un positionnement de l'Asiair qui me permet d'accéder sans difficulté à toutes les prises réparties autour du boîtier, ce qui n'était pas évident avec une queue d'aronde de seulement 27cm pour placer 3 outils. Pour le guidage, je n'ai pas pu tester grand-chose d'autre que la reconnaissance de la cam par le boîtier et le bon défilement des options de réglage. En effet, après le placement des setup, le début de nuit fut une recherche éperdue du moindre point lumineux indiquant l'arrivée d'une éclaircie. Ce fut le cas pendant une quarantaine de minutes, sur une zone permettant de voir Jupiter et Orion. La Polaire, elle, n'a jamais daigné se montrer. Après une orientation approximative en direction du Nord, un pointage Goto sur Jupiter m'a permis de constater que j'étais plutôt bien orienté. Un second Goto sur les Pléïades m'a conforté sur la bonne qualité de mon approximation. J'ai pu ainsi prendre quelques photos (Pléïades et Tête de Cheval) et tester la mise au point avec DigicamControl. Le problème est qu'il faut déconnecter l'APN de l'Asiair pour le connecter à mon PC... puis rebrancher sur l'Asiair une fois le réglage terminé et enfin réinitialiser l'APN sur l'Asair. Cette gymnastique sera à travailler pour identifier le meileur process. Il est alors temps d'aller manger les succulents burgers préparés par Aslan. Celui-ci, par précaution, couvre son setup pour le protéger d'une que je juge peu probable. Une fois rentré à la Frana, je me dis que je vais quand même protéger mon matériel, sait-on jamais... Bien m'en a pris, car à 22h30 il pleut ! Vers 23h, la ayant cessé, je décide de replier le matériel car je pars dimanche matin à 9h. Au final, je rentre, comme toujours d'un Gevex, avec plein de choses à mettre en place pour améliorer mes photos et mes process, notamment éclaircir ce traitement problématique des Flats sous Siril. Merci à Fredo et Ana pour leur accueil et les conseils, à Laurent pour sa soif intarissable de partage et à Aslan pour sa gentillesse. Le GEVEX est vraiment le lieu idéal pour apprendre, partager, tester, échanger, dans la décontraction, sans jugement et sans enjeu, si ce n'est pour soi-même. Menus : Lasagnes préparées par Ana le vendredi soir, l'incontournable raclette le samedi midi et les burgers d'Aslan le samedi soir.
  4. Denier

    Présentation Florian

    Bonne idée pour faire connaissance. Nous sommes voisins (j'habite à Gasny) et je serai présent à cette réunion.
  5. Denier

    ROSETTA

    Je n'étais pas encore "né" à l'AVEX à l'époque de Rosetta. Merci Fredo d'avoir posté une actualité qui m'a permis de découvrir ces fabuleuses images.
  6. Denier

    Cotisation 2023-2024

    Virement effectué. Merci Joseph.
  7. Denier

    VDB149 Requin

    Le néophyte a tout compris. Merci beaucoup pour cette explication circonstanciée et précise. Quel travail... et quelle belle image ! Denis
  8. Denier

    VDB149 Requin

    Merci pour ce partage. Pour le néophyte que je suis ta photo est superbe. Je n'ai pas l'œil suffisamment exercé pour identifier ce qui est "à la peine" et ce que tu entends par là. Si tu peux apporter des précisions, cela m'aidera à comprendre ton jugement sur ton travail. Je suis curieux de voir les différences issues du second traitement.
  9. Voici ma contribution au challenge du mois. Pris le 15 février avec la config : - boîtier Canon 6D - objectif 300mm f/4 - monture Star Adventurer - 67x120s à 1600 ISO Traitement Siril. Cropé
  10. Merci Olivier. J'ai posté la BDR sur le nuage à l'adresse suivante : https://avex-asso.org/Nextcloud/server/remote.php/webdav/Images/Denis/NGC2264 Arbre de Noël - 20230219 - BDR.fit C'est grave docteur ?
  11. Merci Xavier. Je vais faire ça. A quoi vois-tu que l'image a du potentiel ?
  12. 19h45... J'ai loupé le créneau qui me permet de mettre en route des photos avant l'heure du repas. Pour le bien-être familial, je sais que la séance ne pourra pas commencer avant 21h45. J'ai été assez actif ces dernières nuits et j'ai l'impression d'avoir écumé les cibles les plus évidentes du moment pour mon Canon 6D et son 300mm : la Rosette, M42, la Tête de Cheval, la Californie, la Tête de Singe, la Mouette, la Méduse, le Coeur, Pacman... Autant de captures qui seront des supports de travail pour mon apprentissage de la réduction d'étoiles sur Photoshop. J'ai envie d'un peu de nouveauté, de découverte. Il me faut aussi une cible suffisamment lumineuse pour permettre un temps de pose réduit, car j'aimerais tout boucler ce soir et rentrer le matériel avant de me coucher... pas trop tard. Je me dis que c'est l'occasion de sortir mon 135 Samyang, utilisé la dernière fois il y a plusieurs mois pour NGC7000, North America. Son ouverture à f2 doit permettre des poses relativement courtes. Problème : quelle cible choisir ? Je n'en connais aucune qui ait une taille qui remplirait bien le champ. Pas de galaxie, trop petites, et j'ai envie d'une cible nouvelle. La réponse viendra de Stellarium. Le Nord et le nord-ouest sont bouchés par les arbres, l'est et le sud-est ne sont pas exploitables avec trop peu de repères. Restent l'arc qui va du sud à l'ouest. C'est donc ce périmètre que j'explore sur Stellarium pour chercher un ensemble d'objets adapté au 135. A côté de la nébuleuse de la Rosette, entre Betelgeuse et Procyon, je trouve ce que je souhaite : l'Amas de l'Arbre de Noël (NGC2264) et le nuage IC2169 viennent utiliement compléter le cadrage de la Rosette (NGC2238). Tout cela semble coloré. Je peux sortir le matériel et fais une mise en station rapide, me disant que, si tout va bien, je mettrai 10 minutes avant de faire le premier déclenchement. Comme d'hab', j'ai été trop optimiste et je devrai multiplier le temps prévu par 4. Je me rends compte à quel point il est nécessaire de varier les outils pour en garder la maîtrise. Avec le 300mm AF, j'avais une routine qui commençait à être bien huilée pour faire le cadrage, la mise au point et les tests. Le Samyang est entièrement manuel : la mise au point avec le masque de Bahtinov me demande un peu plus de temps, les tests de temps de pose également. Je dois même me résoudre à fermer un peu en passant de 2 à 2.8 pour un temps de pose de 20 secondes. 2 heures plus tard, vers 0h30, je dispose d'un peu plus de 300 photos. Je fais une quarantaine de darks et rentre le matos. Les flats et offsets attendront le matin. A 6h45, je n'y tiens plus ! Je suis impatient et curieux de voir le résultat après traitement SiRil. Les objets sont peu visibles à cause du nombre faramineux d'étoiles présentes. Je sais que j'aurai besoin d'une starless pour travailler la réduction d'étoile. Je passe ma photo sur Starnet++ et suis bluffé par ce que j'obtiens. La Rosette est particluièrement lumineuse et sa couleur jaune orangé est très différente du rouge obtenu lors de ma capture faite en janvier, et les nuages autour de l'Arbre de Noël sont étonnamment plus colorés qu'attendu. Au vu de cette photo, avez-vous des commentaires à apporter à propos des couleurs, d'une part et du traitement, d'autre part. Je suis surpris de l'aspect granuleux de la starless. Est-il possible d'améliorer ce point ?
  13. Merci Guillaume. Voici ce qu'elle donne après un passage PS. Je balbutie encore pour faire la réduction d'étoile sous PS mais je l'aurai, un jour, je l'aurai !
  14. 13 février, 19h30. le ciel est bien noir et constellé de points lumineux. Ce soir, je vais de nouveau pouvoir shooter. Une fois de plus, je n'ai pas préparé ma sortie : quelle va être ma cible pour cette belle soirée ? Hier, j'ai pu en faire 2 : La nébuleuse Pacman et la nébuleuse de La Mouette. Le temps de terminer le téléfilm que nous avons commencé avec Martine, de choisir une cible, d'installer le matériel sur la terrasse, d'aligner ma monture sur l'étoile polaire, d'ajuster la mise au point puis de chercher et de cadrer la nébuleuse de La Mouette, j'ai commencé à photographier vers 21h45. A cette heure avancée, je me suis rendu compte que les branches d'un sapin allaient bientôt entrer dans le champ et que je ne disposais que d'une petite heure pour prendre mes clichés. J'ai mis à profit ce délai pour choisir une seconde cible, la nébuleuse de Pacman. Après 45 minutes, c'était au tour de la housse du parasol de venir obstruer le champ photographique. L'humidité était retombée sur le sol, tout était gelé et je me suis résolu à plier le matériel et à réaliser à l'intérieur de la veranda ce qu'on appelle les DOF (Darks, Offsets et Flats, clichés à intégrer aux process de traitement pour améliorer la qualité de la photo finale). Donc, ce 13 février, rebelotte. A 19h30 je n'ai pas choisi ma cible et je veux tout mettre en place avant le repas. Solution de facilité : prendre la même cible qu'hier, La Mouette, objet peu lumineux et qui demande plusieurs heures de prises de vue pour rendre une copie intéressante à travailler. Je jette comme toujours un coup d'oeil sur Stellarium, le logiciel d'astronomie de référence pour trouver des objets dans le ciel, et m'aperçois que dans la même région (constellation de Cassiopée) il semble y avoir des nuages de gaz relativement lumineux. Effectivement, ces nuages correspondant à l'objet nommé IC1805. Je l'ai déjà vu en photo. Cette nébuleuse est superbe et je ne l'ai encore jamais photographiée. Tout est en place à 20h et, deux heures trente plus tard, je dispose de 140 photos d'une minute. Trente minutes supplémentaires pour prendre les Darks, cinq de plus pour les Offsets et les Flats, je balance le tout sur mon PC et lance le traitement. Je vérifierai le résultat demain matin. 14 fevrier, 8h30. Comme chaque matin après une soirée de shooting, je suis comme un gamin le matin de Noël, curieux, presque excité, de découvrir ce que le Père Noël a apporté. Le mien s'appelle SiRil. C'est le logiciel que je lance et qui va patiemment empiler la lumière présente sur chaque photo pour rendre visible ce que l'oeil ne voit pas. C'est magique ! Juste avant de monter à l'étage pour voir de quoi il en retourne, je me dis que, sans le vouloir, ma cible était de circonstance pourune Saint Valentin : elle se nomme la "nébuleuse du Coeur".
×
×
  • Créer...

Information importante

Conditions générales