Aller au contenu

L'édito du mois de septembre.


sky complex
 Share

Messages recommandés

Notre univers est en expansion.


Vous venez tous d'en vivre l'agréable expérience. Cet été, vous vous êtes éparpillés aux quatre coins de l'Europe et plus loin peut-être. Vous avez ainsi élargie votre connaissance intime de cet univers qui nous entoure. Malgré l'immense savoir dont nous disposons tous, vous avez voulu étayer ce savoir géographique, historique , topologique, politique, biologique. Vous étiez boulimiques de tous ces "iques". Et ce en total connaissance des lieux, théorique, bien sur !

Reconnaissez en vous cette force incroyable qui nous pousse avec tant de vigueur ? Et reconnaissez-cous aussi ce déployement d'énergie qu'il vous a fallu émettre ? Tout cela pour rien ? Tout cela pour quoi ? Réellement, fondatentallement, pourquoi ? Pourquoi aller mettre son pied dans ces cartes postales tirées à des millions d'exemplaires, que nous recevons de droite et de gauche, pourquoi tant de sacrifices. Pour entrer dans la photo de ce superbe livre de géographie ? Pourquoi aller voir ce ciel que bien d'autres on déjà vu et immortaliser pour vous ? et de si belle manière ? Pour se dire, j'y étais ? je l'ai vu ! je l'ai fait ! je connais cela ! C'est donc pour cette futilité que tout cela se justifie ? Le croyez-vous ? Y avez vous pensé seulement ? Profondément ?

En sommes-nous, nous, à être conditionnés par le cycle migratoire ? Sommes-nous encore sous l'emprise de cet instinct primordial, animal d'un cycle de migration de reproduction ? Je pense que non. Je pense que seul l'être humain porte cela. Des notre naissance, toute notre énergie est dépensée à aller voir ce qu'il y a derrière la porte. C'est une chose avérée, indiscutée, partagée. Mais cela ne répond pas non plus à la question. Et pourquoi cette digression ?


Encore un peu de patience.


Affinons notre réflexion.Transposons cette chambre où du fond du berceau, notre regard malhabile allait du mobil suspendu, à la fenêtre, puis à la lampe au plafond et enfin à la porte où tous les mystères se bousculaient derrière, et plantons enfin le décor de notre dernière chambre, celle où la porte nous sera toujours innaccessible. Je veux dire, le ciel étoilé. Qu'elle s'est agrandie, cette chambre !!! depuis le premier regard interrogateur d'un être à la bipèdie incertaine. Comment chaque génération à construit à partir de pierre, de batons,de bloc de granit informes puis taillés, puis érigés, comment chaque génération à voulu atteindre le loquet de cette porte. Des anciens se sont évertués ainsi à prendre, à mesurer ses dimensions infines en comptant les marques d'un stylet sur de la glaise. C'était tellement vaste, que des générations se sont ainsi englouties dans ce malstrom de mémoire morte. Vinrent des sages, qui se désinterrèrent du ciel pour s'attaquer à un autre infini, une autre porte, celle du raissonnement, de la logique, des mathématiques. Un infini tout aussi vertigineux.


Et soudain un outil immatériel était créé et cet outil ferait mieux beaucoup mieux que la pierre, que les tables sacrées, que les gnomons. Cet outil était à la dimension de l'univers et il faudra attendre des génies pour se servir de cet outil pour revenir à notre porte du ciel. bien sur il était mal degrossi, lourd à apprendre, lourd à porter, lourd à donner, mais quelle puissance ! Longtemps il fut mal utilisé, malcompris et fourvoya même les meilleurs et sa puissance était telle qu'il en devint rigide et immuable. Le ciel avait cesser de grandir pendant un temps. Mais les murs même de la chambre furent repoussés, toujours l'univers grandissait, toujours nous faisions un pas supplémentaire vers l'avant et l'inconnu.


Maintenant, c'est une chambre que nous commençons à reconnaître. Nous savons tous, ces géants, qui à coups de masse énormes ont repoussé les limites de notre univers. Nous retrouvons ce disque de verre, transparent, au travers duquel depuis nous touchons le firmament. A partir de cet instant, notre chambre a explosé, les murs se sont volatissés. Notre univers à connu une grande expansion. Depuis ce jour, jusqu'a aujourd'hui nous repoussons et repoussons les limites de la création. Toujours et toujours le besoin de voir ce qui n'était vu, voir toujour plus loin, aller toujour plus loin. Et nous avons même atteint la pièce d'à coté. Oh, pas bien grande, 6 fois plus petite d'ailleurs, pleine de poussières noires et grises. Elle avait été toujours sous nos yeux, décrite mille fois, dessinée, peinte, regardée à la loupe. Il nous fallait quand même y mettre les pieds.


Et déjà, nous lorgnions la pièce suivante et l'on se demande si dans l'immeuble en face la-bas, il n'y a pas un voisin. Peut-être sentons nous encore un mur, pas très loin, un mur à franchir encore. Peut-être que notre angoisse suprême serait de trouver le Mur. Le dernier Mur, celui qui n'a rien derrière. Est cela qui nous pousse ainsi. Est-ce cela qui fait de chacun de nous, un repousseur de mur ? A chacun son Mur, a chacun sa limite à franchir. Qu'est ce qui nous pousse avec autant de force et d'énergie ? Qu'est ce qui nous pousse de génération en génération à refaire et refaire cet effort personnel, à reparcourir les mêmes chemins cent et mille fois ?

Nous voulons tous repoussser notre univers et laisser à la vision de tous cette empreinte de pied dans la poussière pour l'éternité. Nous voulons tous laisser ce petit tas de pierre sur les sommets où personne ne va jamais. Regardez derrière vous et compter. Vous verrez, aucuns, aucuns de ceux qui nous ont précédé n'ont failli à cela, aucuns.

Voilà pourquoi, vous passer vos nuits dans le noir et le froid, voilà pourquoi vous vous donner autant de mal à affiner votre passion, à polir votre savoir-faire. et tous ensemble nous repoussons notre vision de l'univers, ce qui équivaut à dire, notre univers. nous voulons tous, nous inscrire dans cet univers pour toujour. Ne serait-ce qu'en étant le premier à en voir un bout inconnu, ausi petit soit-il. Aussi petit soit ce moment où on est le premier. Car à cet instant, on a créé un morceau de réalité.


Nous nous sommes rassemblés au sein d'un club comme tant d'autres, pour notre plaisir, notre passion, notre goût pour le partage et aussi pour ce quelque chose dont on ne parle jamais. C'est ce que je voulais évoquer avec vous, au moins une fois.


C'est ainsi que quelque soit la realité mathématique ou quantique ou religieuse ou que sais-je encore. Tant que l'humain sera, l'univers sera en expansion.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

 Share

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    • Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.
×
×
  • Créer...

Information importante

Conditions générales