Aller au contenu

Quand utiliser un filtre CLS / Quand ne PAS l'utiliser?


Messages recommandés

  • Avexiens

Bonjour,

Dans quel cas c'est bien d'utiliser un filtre anti-pollution CLS et dans quel cas il est mieux de le retirer?

J'ai déjà compris qu'il faut l'éviter si possible pour les galaxies car ça en retire du signal. Mais pour les nébuleuses, y-a-t-il des cas ou le mettre entraine plus d'inconvénient que d'avantages? Et si oui quels sont ces inconvénients?

J'imagine bien sûr que ça dépend de mon setup (lunette triplet F/5 sur APN Canon non défiltré, et mon CLS est un SVBonny EOS-Clip) et surtout de mon ciel: Bortle 4 tirant vers le 3 à partir de minuit quand mon village éteint son éclairage public (oui je sais, je suis un gros chanceux :-D). Il y a quelques dômes de pollution lumineuse dont un important en direction sud-est (vers la RP...) vers laquelle j'évite de trop choisir mes cibles. Malgré cette relativement bonne qualité de ciel j'ai quand même pas mal de gradient à retirer des photos quand je n'utilise pas le CLS...

Est-ce que par exemple je devrais n'utiliser le CLS que quand ma cible est dans un dôme de pollution, mais l'éviter quand elle est dans une zone correcte du ciel?

Merci!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Administrators

sous un ciel pollué : sur les neb a émission il faut l'utiliser

sur les galaxies / objets du continuum sous un Ciel pollué un peu l'utiliser, mais il faudra poser bcp, mais ça peu etre bénéfique

sous un ciel noir sur le neb à émission on peut l'utiliser pour gagner du contraste

pour les autre objets : non

 

  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Avexiens

Quand je regarde mes brutes avec filtre SVBony CLS, je constate que la couche rouge à l'air particulièrement bruitée - par rapport aux V et B. Voici un exemple avec un zoom important, même région du ciel sur R, V et B.

RVB.JPG

Sur l'image stackée ça me fait une couche rouge avec un aspect plus bruité que les autres, ce qui rend des effets bizarres et m'oblige à désaturer les rouges à fond dans le ciel:

RVB2.JPG

Est-ce normal/attendu ou mon filtre est de mauvaise qualité?

Quand je ne mets pas le filtre, je n'ai pas ça - les 3 couches ont alors toutes l'air similaires et bien plus propres, comme on peut le voir ici:

RVB3.JPG

Modifié par LucaR
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Avexiens

Je viens de regarder sur cette page (Cloudy Night) où l'on trouve la courbe de transmission du filtre :

post-275631-0-97247400-1499383335.jpg

 

Ce qu'on peut remarquer, c'est qu'il ne transmet le rouge qu'après 620-630 nm, donc là où le rendement de ton capteur (non défiltré) s'effondre. Résultat : peu de signal détecté dans le rouge d'où un mauvais rapport signal/bruit sur cette couche.

  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Avexiens
il y a 12 minutes, Axel a dit :

Ce qu'on peut remarquer, c'est qu'il ne transmet le rouge qu'après 620-630 nm, donc là où le rendement de ton capteur (non défiltré) s'effondre.

Du coup est-ce que ça implique que les filtres CLS seraient à éviter sur un APN non défiltré?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Administrators

Compliqué.

en première analyse je me dit que des filtre interférentiel à 35€ il doit y avoir un loup quelque part ; est ce que ce ne serai pas des filtres dégriffé de "grande" marque car ne correspondant pas aux exigences de leurs maitre d'ouvrage ?

ce qui pourrai expliquer des lacunes ou de mauvaise transmission sur une ou plusieurs longueurs d'onde ?!

le plus simple sera de comparer les filtres avec d'autres plus reconnue, astronomik ou baader

mais d'un manière générale il est vrai que le filtre CLS (et non UHC) doivent laisser passer le rouge profond, notamment le hα alors que les rouge "claire / orangé" doivent être coupé

toute fois si ton apn coupe les fréquences un peu trop tot, ben il possible qu'il n'y ai plus bcp de rouge à l'arrivée, d'ou une explosion du bruit 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Avexiens

 

il y a 56 minutes, frédogoto a dit :

en première analyse je me dit que des filtre interférentiel à 35€ il doit y avoir un loup quelque part ; est ce que ce ne serai pas des filtres dégriffé de "grande" marque car ne correspondant pas aux exigences de leurs maitre d'ouvrage ?

Je verrais si j'arrive à me faire prêter un filtre de meilleurs qualité pour comparer 🙂

Mais en fait comme je suis sous un ciel intermédiaire, pas trop mauvais voire bon au zenith et là où il n'y pas de dômes de pollution, je me dis que chaque fois que je peux - quand ma cible est dans une zone de ciel bien noire par exemple pas trop proche d'un dôme - je devrais éviter le filtre qui semble au final entrainer plus de problèmes qu'il n'en règle. Quand j'ai testé sans filtre sur NGC7331 (celle-ci) je n'ai pas eu spécialement de problème à supprimer le gradient avec Siril. Après faut voir ce que ça donnerait avec une nébuleuse.

Modifié par LucaR
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Avexiens

En complément, je vous mets 2 graphiques (doubles), le premier présente la transmission d'un filtre CLS Astronomik ainsi que la réponse d'un APN (EOS40D ; données tirées d'une page du site de Christian Buil) indépendamment l'un de l'autre (figure du haut), et leur couplage (figure du bas).

Pour placer dans un contexte d'imagerie astronomique, j'ai ajouté le spectre d'un corps noir de type Soleil et la position des raies d'émission Hα à 656 nm, Hβ à 486 nm, Hγ à 434 nm et OIII à 501 nm.

L'autre graphique double (pour faire joli) représente le spectre d'émission de corps noirs à différentes températures.

Transmission_CLS.png

Corps_noir.png

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Avexiens

Merci, très clair une fois que j'ai réussi à discerner les couleurs 😄 (je suis Daltonien)

Sinon le Hγ il pue de la gu*** ou bien? 🙂

(Question sérieuse en fait, pourquoi il n'est pas pris celui-là?)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Administrators

les Hx (je parle sous le controle d'axel) ne sont que des espèces "d'harmoniques" du ha : en gros en imagerie, ça restitue la meme image, mais du fait de sa nettement moins grande de rayonnement emis, beaucoup plus bruité

faire de l'imagerie avec des Ha + HB etc... n'a aucun intérêt pour les amateurs

pour nous le OIII et le SII sont des composantes bien plus intéressante car souvent repartie de maniere différente que le ha et donc permete la génération de jolies images SHO

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Avexiens

Nan, c'est pas ça : on observe une raie d'émission lors d'une transition électronique, c'est qu'un photon est émis quand un électron passe d'un niveau d'énergie à un autre niveau d’énergie inférieure.

Les raies Hα (656,3 nm), Hβ (486,0 nm) et Hγ (434.1 nm) sont des transitions de la série de Balmer pour laquelle l'électron de l'atome d'hydrogène descend d'un niveau supérieur vers le niveau 2. Pour le Hα, l'électron est partie du niveau 3, pour le Hβ du niveau 4, etc...

Plus l'atome est à une température élevée, plus des niveaux élevés seront peuplés. Le rapport des intensités des différentes raies est donc variable , il dépend de la température de la nébuleuse et module sa couleur.

Ainsi, des nébuleuses où l'on n'observe que du Hα (nébuleuses rouges) sont plus froides que celles où l'on observe aussi du Hβ (nébuleuses de couleur "rose", mélange de Hα rouge et de Hβ bleu-vert).

Par exemple, NGC7000 (nébuleuse North America) est bien rouge, alors que M8, la nébuleuse de la Lagune, éclairée/chauffée par un amas d'étoiles jeunes dont une supergéante bleue, apparait rosée.

 

 

Modifié par Axel
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Avexiens
il y a 23 minutes, Axel a dit :

Nan, c'est pas ça : on observe une raie d'émission lors d'une transition électronique, c'est qu'un photon est émis quand un électron passe d'un niveau d'énergie à un autre niveau d’énergie inférieure.

Les raies Hα (656,3 nm), Hβ (486,0 nm) et Hγ (434.1 nm) sont des transitions de la série de Balmer pour laquelle l'électron de l'atome d'hydrogène descend d'un niveau supérieur vers le niveau 2. Pour le Hα, l'électron est partie du niveau 3, pour le Hβ du niveau 4, etc...

Plus l'atome est à une température élevée, plus des niveaux élevés seront peuplés. Le rapport des intensités des différentes raies est donc variable , il dépend de la température de la nébuleuse et module sa couleur.

Ainsi, des nébuleuses où l'on n'observe que du Hα (nébuleuses rouges) sont plus froides que celles où l'on observe aussi du Hβ (nébuleuses de couleur "rose", mélange de Hα rouge et de Hβ bleu-vert).

Par exemple, NGC7000 (nébuleuse North America) est bien rouge, alors que M8, la nébuleuse de la Lagune, éclairée/chauffée par un amas d'étoiles jeunes dont une supergéante bleue, apparait rose.

Malgré tout le Hγ est masqué par le filtre CLS. Je suppose qu'il est quand même moins intéressant du coup?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×
×
  • Créer...

Information importante

Conditions générales