Aller au contenu

Mon projet d'observatoire astro


Messages recommandés

Ce schéma représente la partie haute du tube du télescope, vue de dessus sans la couronne supérieure et sans l'araignée, pièces que je suis en train de dessiner.

Les 4 pièces numérotées 27 supporteront cette couronne et l'araignée. Ces différentes parties seront boulonnées au caisson central du tube du télescope. Ce caisson encaissera pas mal de contraintes en amont (masse du tube et de l'araignée) et en aval (masse du barillet, du miroir et des tubes serrurier et des éventuels contre-poids). C'est pourquoi, il devra être assez costaud. Il sera réalisé dans du profilé acier en U et fermé afin d'obtenir une poutre bien rigide. Vous constatez aussi que les 4 angles seront renforcés sans que cela ne gène le passage du faisceau lumineux.

C'est exactement se que j'ai réalisé pour la construction de mon télescope actuel. Mais énormément de contraintes seront engendrées dans toutes les soudures. Un passage au four sera aussi nécessaire pour libérer ces contraintes. Le gros inconvénient d'un télescope très lumineux et de gros diamètre, à part le prix des optiques... c'est qu'il est très sensible à la T° donc aux dilatations. C'est aussi vrai pour mon télescope actuel et je pense que cela sera encore plus chiant pour mon projet.

Mais soyons fou osons l'impossible...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 415
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

mini_123664729.jpg

L'homme costaud c'est moi ha ha ha

trop puissant tout cela...

Voici donc à l'échelle mon projet de télescope. Le faisceau sera très court. L'ouverture à f/d 2,8 en combinaison Newton (j'y tiens pour le plaisir des yeux en observation) m' oblige d'avoir un miroir secondaire de grand diamètre afin que le faisceau lumineux puisse sortir assez, sans obstruer le champs. Cette obstruction sera de 0,3 comme sur mon télescope actuel. Pour l'observation cela ne génera pas trop, mais pour la photo si. Je vais donc prévoir une araignée démontable facilement et peu déréglante, afin que ce faisceau lumineux puisse traverser le corps de cette araignée, pour réaliser des images au foyer primaire, sans miroir secondaire. Délicate opération car il me faudra aussi prévoir la fixation du miroir secondaire hyperbolique pour le renvoi du faisceau lumineux de la combinaison Cassegrain coudé à f/d 8. Faut pas que je me plante dans tout ça... car la photo de planète avec un Newton lumineux, c'est pas le mieux.


Je vais maintenant faire les calculs de l'équilibrage du tube qui avoisinera la tonne. 2 méthodes seront utilisées. La première méthode est celle du graphique (moins précise). La deuxième est celle de la transformation de toutes les pièces en décanewton avec recherche du point d'équilibre de chaque pièce. La combinaison des deux méthodes me dira si je me suis planté dans les calculs, car c'est pas mon fort tout ça...

Si un petit équilibrage est à réaliser, j'y mettrais des masselottes en plomb vu la grande densité de ce matériaux. Sinon je pourrais jouer sur l'inclinaison des raidisseurs de la partie inférieur du tube (changer l'angle de coupe des pièces), afin d'obtenir un équilibrage approximatif à quelques kg près.

Au moment du montage du miroir primaire, le tube du télescope sera bien évidement déséquilibré vue la masse manquante de 215 kg de ce miroir primaire. Afin de ne pas jouer avec le feu... une galette en béton de même épaisseur sera coulé (la densité étant à peu près la même que celle du verre). Après positionnement, je constaterais vraiment si tout est bon.

Cette opération a aussi été réalisée avant la pose du miroir de mon télescope actuelle, avec succès...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

En réponse à ta question, cet investissement sera égal au prix d'un achat immobilier dans ma région. J'ai déjà se qu'il me faut de ce coté là. Reste le choix de me faire plaisir. Mais je travaille 110 h / semaine pour cela... Je suis aide soignant de nuit et je gère aussi mes 3 activités perso: observatoire astro, chambre d'hôtes et locations saisonnières. Et le tout part pour l'instant sur mon chantier de construction...

Un terrain constructible est très chère dans mon village à cause du tourisme. Mais quand tu t'éloigne un peu ça baisse beaucoup. Mais tu peux aussi construire une coupole sur un terrain non constructible pourvu que ce ne soit pas une habitation. Tout dépend du PLU en vigueur de la commune. Il y a aussi des zones non constructibles (donc protégées) ou on ne peut rien faire du tout.

Pour la part, l'achat du terrain est peu important dans le budget final, donc pas prioritaire. Je suis en pourparler avec une commune proche de mon observatoire pour cela. Mon but étant même d'investir un terrain de cette commune gratuitement avec un bail assez long. En échange, je pourrais offrir des prestations aux gens du village et aux enfants. C'est l'étape actuelle.

Des projets immobiliers, c'était mon ancien métier...

OP

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Membres du bureau

Un projet de fou !!! J'adore !!!!

Je vais aussi suivre tout cela avec intérêt :)

Question d'un béotien : qu'est ce qu'un barillet astatique (je me doute un peu), quel en est l’intérêt ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Faut allez voir mes schémas. Un miroir primaire de télescope est posé sur des supports (pour les réglages et pour évitez qu'il ne se déforme. Plus ce miroir est épais et moins il se déformera sous son propre poids. Plus le miroir est fin et plus il se déformera à cause de se que l'on appelle la gravité.

En général les miroirs de télescope amateur son assez épais, se qui permet de ne mettre que 3 touches à 120° en dessous. Mais quand le miroir commence à être plus grand en diamètre et moins épais, on a recours à des triangles de flottaison. En général, 3 triangles suffissent à supporter cette masse de verre étant donné que sur chacun des triangles se trouve positionné aussi 3 touches à 120°. Cela fait donc 3 x 3 = 9 touches qui supporte le verre. Mais on peut aussi augmenter le nombre de triangles, donc d'étages. Personnellement cela est pour moi "moins mécanique".

Mais quand on possède un miroir de grande taille et en plus peu épais, les triangles se suffisent plus à supporter le verre, donc à garder la bonne courbure. On a donc recours à des leviers astatiques. Si ma mémoire est bonne, Jean TEXEREAU en parle bien dans son illustre livre sur la construction d'un télescope amateur. Sous le 2 m de l'OHP il y a une ribambelles de leviers positionnés sur 3 couronnes. Trop puissant...

Mon miroir de télescope fait 62 cm de diamètre pour 5 cm en bordure et 3,5 cm au centre. Il peut donc fléchir rapidement si on ne positionne pas dessous des vérins mécaniques qui compense la déformation engendré par la pesanteur terrestre. Sous mon miroir se trouve donc positionné 12 points d'appui, 9 astatiques et 3 points fixes (pour les réglages). Un barillet astatique flotte verticalement sur toutes les touches.

Mais à l'heure de l'informatique, sous les télescope de grand diamètre, se trouve aussi des leviers qui eux sont pilotés en temps réel.

Mais là, ça dépasse mes compétences...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut

Ce schéma utilise un mélange des deux. Un triangle de flottaison doit être monté sur un axe au bout duquel se trouve un roulement à billes oscillant. Et cet axe doit être centré sous le triangle. Ce qui fonctionne très bien. Sur ce schéma qui me semble simpliste, la poussée ne doit pas être la même sur tous les supports, étant donné que cela est désaxé. Un vrai barillet astatique ne comporte pas de triangle de flottaison. Si j'avais monté ce système sur mon télescope actuel, je ne pense pas que cela aurait fonctionné... mais pourquoi pas, toutes les idées sont bonnes.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Administrators

en fait cela fonctionne très bien : cela permet de simplifier la mécanique en divisant le nombre de levier par trois... c'est pas rien. ce sont les mac d'alatz qui mettent en avant cette technique, dont Vernet fait partie , et c'est pas un marrant sur ces sujet ;), est cette technique a été validée pour les télescope de l'OHP. rien de moins :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Avexiens

Impressionnant et très beau projet.

Je n'ai pas trouvé le diamètre du miroir primaire. D'après le schéma, je dirais 1,2 à 1,4 m. C'est ça ?

On va suivre tout ça avec beaucoup d'intérêt. ;)

En tous cas, bienvenue sur le forum AVEX.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Messieurs,


Un barillet peut avoir des triangles de flottaison, mais je pense jusqu'a un certain diamètre et une certaine masse. Au delà il faut des étages de triangles qui deviennent bien plus chiant à mettre en place. Faut pas rêver... cela doit rester pour des miroirs d'amateurs je pense (petit diamètre et petite masse).

Un barillet astatique à 2 ou 3 couronnes de leviers astatiques qui permettent de supporter le verre, pour n'importe quel diamètre et pour n'importe quelle masse. De plus chaque levier est indépendant pour la pression à mettre sur chaque piston. Cela est important pour la recherche de l'image parfaite d'une étoile défocalisé. Un miroir très mince a besoin d'être "réglé" pour l'astigmatisme (leviers extérieurs) et pour la recherche des zones trop lumineuses à retirer (leviers intérieurs). On doit donc y mettre une "pression" sur certains des leviers. J'ai rien inventé, d'autres bien plus compétents que moi l'on déjà fait...

De plus vous avez la possibilité de rencontrer soit des galettes de verres qui ont les 2 faces parallèles, soir une galette en forme de ménisque, ce qui change certainement le système des supports à mettre en oeuvre.

Le système dessiné fonctionne peut être mais je pense sans aucune des possibilités énoncées. Et comme je vous l'ai déjà dit, le désaxement du piston engendre forcement une différence de pression entre les 3 points de chaque levier. Je vais arrêter là les explications. Le barillet de mon projet de télescope sera réalisé avec 2 couronnes de leviers astatiques étant donné la masse de 215 kg de verre et des 10 cm de son épaisseur. Cela reste pour moi quelque chose de vraiment mécanique au sens pur du terme... :D:D:D

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Administrators

je ne suis pas armé au niveau de mes connaissances fondamentale pour discuter avec toi qui semble avoir une très bonne connaissance mécanique et bien au fait des contraintes

chez le pro le critère "chiant" n'est pas un vrai critère, en tout cas n'est pas bloquant [esquive]

Toute fois si Vernet a mis en place de telle réalisation ( levier astatique sur un triangle) avec des miroir mince, c'est tout simplement que ça marche.

Le système dessiné fonctionne peut être mais je pense sans aucune des possibilités énoncées. Et comme je vous l'ai déjà dit, le désaxement du piston engendre forcement une différence de pression entre les 3 points de chaque levier. Je vais arrêter là les explications.

Je pense que tu devrais les contacter pour en avoir le cœur net, car ce n'est pas le ressenti que j'ai eu l'lorsqu'on m'a expliqué le process -j

mais vue mes faible connaissance en la matière, il n'est pas exclu du tout que j'ai mal compris [y

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

je n'arrive pas à insérer les dessins au bon endroit... hier c'était ok? suis nul aujourd'hui... Tu peux m'expliquer?


En réponse à ta question, elle n'est pas complexe du tout. Je maitrise bien l'acier. Il y a des techniques pour éviter les grosses dilatations. Quand aux angles, faut simplement maitriser le tracé.

Cette partie devra être très rigide étant donné le diamètre important du miroir secondaire (environ 50 cm) et des masses (optique et mécaniques assez lourde). Cette pièce reliera aussi toutes les tubulures de la partie haute du tube du télescope. J'aime faire dans le lourd ha ha ha. Quand aux découpes, un poste à plasma me permettra de faire des découpes sans chauffe. Toutes ces pièces seront assemblées sur un marbre que je vais aussi fabriquer. J'en aurai aussi besoin pour la fourche du télescope.

Si tu a d'autres questions? j'y répondrais ce soir, mon chantier m'attends

O P

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le haut de la partie supérieure du tube de mon projet, de dessus.

Cette pièce sera composée de 2 parties. La première, sera une rondelle en acier de 15 mm d'épaisseur pour la rigidité, découpée au plasma et boulonnée. Pour la deuxième (pièce à 12 facettes), elle sera réalisé dans du tube acier de 90 mm de coté et de 5 mm d'épaisseur minimum et soudée sur la première partie. Je n'ai pas encore fait les calculs de flexions de l'araignée (pas encore dessiné), étant donné la masse de celle ci (4 lames, corps de l'araignée et mécanique, miroir secondaire et système de mis au point pour la photo au foyer primaire).

Soyons fou, osons..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.


×
×
  • Créer...

Information importante

Conditions générales