Aller au contenu

Classement

Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 17/09/2020 dans toutes les zones

  1. la semaine dernier en normandie l'arrivé e la lune a interromput mes aquisition deepsky hop changement de setup et me vla parit sur un mak orion 1500/1800 une grosse 20aine de champs aqui à la qhy 294c pour voir la full
    5 points
  2. Vers 241 av. J.C. Bérénice II, reine grecque d'Egypte et femme du pharaon Ptolémée III, fit don de sa chevelure au temple d'Aphrodite pour la remercier d'avoir ramené son époux d'une campagne en Syrie. Le présent ayant mystérieusement disparu pendant la nuit, Conon de Samos, astronome à la cours, affirma que la déesse l'avait prise pour en décorer le ciel. Il a ainsi nommé "Chevelure de Bérénice" un petit groupe d'étoile, devenu depuis une des constellations de notre ciel. Conon n'a pas été concon : c'était un bon choix Cette constellation et ses alentours regorgent de belles choses à photographier, essentiellement des galaxies... et ce vertigineux amas de galaxie nommé Coma Bérénice ou Abell 1656! Chaque petite tâche jaune un peu floue est une galaxie entière, avec des milliards d'étoiles, de planètes... et qui sait, peut-être de vie. La forme de l'amas le rend vertigineux: deux énormes galaxies elliptiques et des dizaines (en réalité, des centaines) de petites galaxies tout autour. La plupart sont elliptiques, surtout au milieu de l'amas, d'autres en périphéries sont plus jeunes avec des formes plus variées, notamment spiralées. L'amas est très vaste mais en moyenne situé à environs 320 millions d'années lumières de nous. Je ne suis pas très satisfait de cette image, il faudra que je la refasse l'an prochain. Je pensais pouvoir obtenir mieux avec le temps de pose cumulé (prêt de 6h en deux nuits). Mais les conditions météos n'étaient pas très bonnes - beaucoup de déchets dû à des passages nuageux intermittents, un seeing pas très bon et une fin de période lunaire - plus une erreur de réglage avec un ISO 1600 au lieu 800, ce qui a sans doute un peu cramé les couleurs des grosses étoiles autour de l'amas. Mais bon on a quand même ce côté spirale vertigineuse vers l'infini qui me fascine beaucoup dans cet objet! 119x180s=5h57 à ISO1600 sans filtre sur Canon 650D (APS-C) défiltré partiel, APO triplet 102 f/5 avec réducteur, monture AZEQ6, guidage chercheur + Zwo ASI178mc, Kstar/Ekos sur Stellarmate RPI4, PHD2, Siril, Photoshop, ciel Bortle 4 dans le Vexin, lune 75% une moitié de la nuit, seeing très moyen, passages nuageux intermittents.
    5 points
  3. Voila une petite prise proche de Camembert chez @frédogoto lors de la dernière sortie d' (Mouvex). Le traitement est tout frais: gain unitaire de la caméra (gain 11 pour QHY183M) - Couche Luminance => 68 sur 100 x 120sec - Couche Rouge => 26 sur 30 x 120sec - Couche Verte => 21 sur 28 x 120sec - Couche bleue => reprise d'une ancienne capture avec une autre lunette 80ed (les nuage arrivant, pas pu en faire...). Elle est distordue, bref pas terrible et entache les autres couches... La luminance, légèrement différente de celle dans le post du Mouvex: Traitement du bruit beaucoup plus doux, légère déconvolution (niveau 1) et fond de ciel moins sombre La LRVB: Ps: écran pas calibré... Pour ceux qui veulent s'amuser, c'est dans le. https://avex-asso.org/filerun/#/HOME/Images/Supaii (olivier)/M81-M82_TSA
    5 points
  4. La Rosette de hier soir. ‘esprit 100ED - CEM 60 ASI 6200mm H-33x180 O-33x180 ca manque encore des poses...mais voila le résultat
    5 points
  5. Je continue à dépiler les images faites à Astroguindaine. Cette fois ci j'ai choisi une nébuleuse bien sombre du catalogue de Barnard avec une zone tout autour pleine de H-alpha. Toujours les mêmes indications pour chaque soirée. Environ 400 poses de 30s avec l'A7S attaché à la FSQ106. Traitement classique avec Dark et Flats et Offsets. Sauf que cette fois ci à la sortie de SIRIL impossible de retrouver les zones H-alpha que j'avais pourtant vues sur d'autres photos. Comme j'étais certain de moi (on voyait qu'elles étaient présents pas pas assez accentuées) j'ai fait appel à Fredo pour qu'il fasse le traitement à partit de ma brute de registration. Le résultat me semble pas mal du tout... je vous laisse commenter. Encore merci à lui pour cette aide.
    4 points
  6. Voici une nouvelle image de Jupiter faite cette nuit au C11 + barlow 2x + ADC + ASI290-MC. C'est un premier jus un peu brutal : on essaiera d’affiner ça ultérieurement.
    4 points
  7. Voici 4 images supplémentaires faites le soir du 22 avril. Même modus operandi que là...
    4 points
  8. Bonjour, je continue ma cartographie des galaxies de la grande ourse. Cette fois ci j'ai visé pendant 2 nuits NGC 3178 dont je trouve la forme très intéressante. Cette fois ci c'est une simple addition de 60 poses de 300S fait avec le filtre skyglow. Pas d'IRpas et donc pas de fausse couleur. Le setup a plutôt bien marché même si à chaque fois le retournement au méridien à fait des siennes mais j'ai pu relancer les poses sans trop de dégâts. A vous lire Joseph
    4 points
  9. Nébuleuses & Clusters à Dorado Nous reprenons nos publications après une petite interruption. Cette prise date de décembre 2020. Cette image est une partie des restes de supernovae avec 2 complexes N44 et N51 avec de nombreux amas ouverts intégrés. Le complexe N 44 (en haut à gauche) a un contour distinctif qui est inratable dans un télescope. Le télescope spatial Hubble s’est posé sur la minuscule nébuleuse NGC 1929 au sommet nord-ouest du delta pour révéler une fleur sur une nébuleuse de tige où de jeunes étoiles soufflent une cavité dans la nébulosité similaire au processus se produisant avec M 42. Kont 822 est le grand amas ouvert au cœur du complexe créant la superbubble de forme presque ovale. Connue sous le nom de complexe de superbulles N44, cette tempête nuageuse est dominée par une vaste bulle d’environ 325 par 250 années-lumière à travers. Un amas d’étoiles massives à l’intérieur de la caverne a dégagé le gaz pour former une coquille creuse distinctive en forme de bouche. Bien que les astronomes ne soient pas d’accord sur l’évolution de cette bulle depuis 10 millions d’années, ils savent que l’amas central d’étoiles massives est responsable de l’aspect inhabituel du nuage. Il est probable que la mort explosive d’une ou plusieurs des étoiles les plus massives et de courte durée de l’amas a joué un rôle clé dans la formation de la grande bulle. L’image capte la lumière de couleurs spécifiques qui révèlent la compression des matériaux et la présence de gaz (principalement de l’hydrogène gazeux excité et des quantités moindres d’oxygène et de soufre « choqué ») dans le nuage. Plusieurs bulles plus petites apparaissent dans l’image sous forme de croissances bulbeuses s’accroissant au superbubble central. La plupart de ces régions ont probablement été formées dans le cadre du même processus qui a façonné le cluster central. Leur formation aurait également pu être « déclenchée » par la compression que les étoiles centrales poussé le gaz environnant vers l’extérieur. Notre vue sur cette caverne est considérée comme regardant à travers un tube allongé, qui donne à l’objet son aspect monstrueux en forme de bouche. Nous pouvons y observer de nombreux amas ouverts : NGC 1934-NGC 1955-NGC 1968- NGC 1974- NGC 1991 Complexe N51 (en bas à droite) : ce complexe de nébuleuses fleuries est étonnamment semblable à la nébuleuse des tulipes, NGC 1966. Dans ce cas, les NGC 1968 et 1974 composent une tige à la floraison du NGC en 1955, lorsque l’Ouest est au sommet.. Une fois de plus, nous avons un scénario similaire à M 42 où l’amas central de NGC 1955 est la cause de la création d’un cratère dans la nébuleuse environnante. IC 2126 (NGC 1935) est une partie de la nébuleuse des émissions de ce complexe. On peut aussi y observer de nombreux groupes ouverts : NGC 1929-NGC 1934-NGC 1936-NGC 1937. IC 2128 est un amas d’étoiles + une nébuleuse au sud du complexe Full et détails sur Astrobin…. : https://astrob.in/full/5e75n9/0/
    4 points
  10. Bonjour, Voici une image du quartier de lune faite hier soir au C11 Edge à f/D = 10 (mosaïque de 7 images). Comme ça turbulait fort, j'ai caché la misère en réduisant la résolution de l'image d'un facteur 2. Il reste quand même une lune d'un peu plus de 5000 pixels. Il faudra s'en contenter pour cette fois... edit: photo actualisée
    4 points
  11. Bonjour et voici ma version de la nébuleuse d'Orion, prise pendant l'Alpex … et traitée grace au tuto de fredo 75 raw de 60s , iso 800. 45 darks et 61 flat avec le set up habituel : Canon 6D défiltré astrodon, Lunette Esprit100ED Skywatcher, Monture AZEQ6 traitement avec Pixinsight, Photoshop et YouTube pour le tuto pour rappel, le tuto de fredo est ici !
    4 points
  12. La nébuleuse de l'hyppocampe 28x600s à l'atik 400 + fsq 10x300 x bin2 Bleu 6x300 x bin2 vert 6x300 x bin2 rouge Info et detail sur astropoubelle https://www.astrobin.com/444j09/0/ la premières fois que je fait du drizzle ça a bien marché
    3 points
  13. Bonjour avant de partir pour astroguindaine, je m'étais fixé quelques cibles parmi les nébuleuse obscures que j'adore. Le ciel étant normalement propice à ce type d'objet et céphée étant dans le morceau du ciel le plus sombre d'astroguindaine. Ceci dit, la fameuse nébuleuse du requin n'était pas dans ma liste. Heureusement Alain me l'as suggérée lors de nos préparations de l'après-midi (merci à lui). Par contre, je ne sais pas comment m'expliquer lors de la prise de vue j'ai bien foiré le cadrage... il faut dire que c'était la dernière soirée et que j'étais déjà bien cramé!. Au lieu de tourner l'appareil à 90° il est resté en place et l'objet de trouve sur le petit côté! Dommage pour la queue qui s'en trouve raccourcie... Donc petit recap FSQ 106 sur Avalon fast linear non guidée 400x30s à 3200 ISO Dark, Flat et offset Traitement sous SIRIL et scripts potoshop De loin l'objet le plus simple de ma sélection... A vos commentaires Joseph
    3 points
  14. Bonjour les amis, Voici une petite prise qui me tenait à cœur, la réalisation de ma première mosaïque faite sur plusieurs nuits (27/31 Aout et le 2 septembre). Beaucoup de suppression de brute dû à un guidage non optimisé... du tilt à corriger, etc... Bref, composition de deux images, temps total de 11h55. La première à droite avec : - 111 poses sur 180 de 90sec en Ha (2h46) - 114 poses sur 179 de 90sec en OIII (2h51) La deuxième avec: - 138 poses sur 193 de 90sec en Ha (3h27) - 114 poses sur 180 de 90sec en OIII (2h51)
    3 points
  15. Voici la région du Cygne avec entres autres: North America (NGC 7000) La Tête de Pélican Les Dentelles du Cygne (NGC 6995) Nébuleuse du Croissant (NGC 6888) Nébuleuse du Papillon (IC 1318) Star Adventurer Canon 100mm f2.8 Sony A7S Filtre L-Extreme 417 poses de 30s Traitement: PixInsight et Photoshop Astrobin
    3 points
  16. Après une interruption due aux congés de l’équipe nous reprenons nos publications et cette fois un grand classique : M20. M20, située dans le Sagittaire et donc visible des deux hémisphères, aussi appelée Nébuleuse de la Trifide (ou du trèfle) se présente comme une fleur en boutons à 3 lobes. C’est une région de formation d’étoiles. Elle nous présente une partie nébuleuse par émission (partie rose-rouge) avec l’mission en Hydrogène, une partie nébuleuse en réflexion (bleue) issue de la réflexion de la lumière des étoiles par les poussières environnantes, des parties sombres de nuages de poussières denses qui apparaissent en bandes qui la séparent en trois lobes, et au milieu on trouve un système triple d’étoiles dont la troisième composante est difficile à isoler. Elle est située à environ 4600 Années-Lumière et est pratiquement aussi grande que la pleine lune mais non visible à l’œil nu. Nous vous la proposons en mode HaR-G-OIIIB ainsi qu’en version HSORGB (version A sous astrobin) où nous trouvons que les faibles extensions extérieures sont plus discernables. Full & Details sous astrobin : https://astrob.in/full/ftyubi/B/?real=
    3 points
  17. 800x30s sony a7s canon 300L F4 staradventurer pas mal de galère, notamement la casse du port USB de la monture (le port d'alimentation) de la buée et autre joeyuseté mais bon on y est arrivé quelque difficultés pour réduire les halos rouge des étoiles, mais cela me semble surmonté version assez bio sans traitement rehausseur particulier Faie en Cresue sur trois nuits le 11, 12 et 13 Aout la version plein et les détails : https://www.astrobin.com/1mkx50/ lachez un petit j'aime au passage si vous aimez
    3 points
  18. Hello je vous propose une VL prise depuis les Cévennes. L'idée était de faire un grand champ au zénith avec un ultra-grand angle. La technique : EOS R6 + Sigma 20mm 1,4 @1,8 sur SA. 16 x 20 sec à 6400 ISO + Darks + Offsets (pas de flat, je sais, c'est mal). Traitement : Siril 0.99.10.1 Merci pour vos avis Xavier
    3 points
  19. Hello, Je partage avec vous ma première photo astro depuis ... avant le confinement !!! Une image du double amas de Persée réalisée en Normandie le 18 juillet sous un ciel somptueux d'une belle nuit pas trop froide. Technique : - Boitier R6 + 300mm F4 sur HEQ5 sans guidage - Brutes : 351 x 4sec., 36 Darks, 52 Flats, 69 Offsets - Traitement : SIRIL 0.99.10.1 & Photoshop Moi, je l'aime bien, et vous ? Xavier
    3 points
  20. Nous vous présentons un grand classique : NC 2359 Le casque de Thor, imagé en janvier 2021 NGC 2359, plus communément appelé le Casque de Thor, est un nuage cosmique en forme de casque avec des appendices en forme d'aile. De taille héroïque même pour un dieu nordique, le Casque de Thor fait environ 30 années-lumière de diamètre, ce qui le rend plus de 10 fois plus grand que l’ensemble de notre système solaire. Il se trouve à environ 3 670 parsecs (11,96 mille années-lumière) de la Terre. Il contient plusieurs centaines de masses solaires. En réalité, il ressemble plus à une bulle interstellaire, soufflée par un vent rapide provenant de la brillante étoile massive en son centre. Connue sous le nom "Étoile Wolf-Rayet" WR7, l'étoile centrale est une géante bleue extrêmement chaude qui serait plus de 280 000 fois plus brillante que notre Soleil et 16 fois plus massive, qui se trouve dans une brève phase d'évolution précédant la supernova. NGC 2359 est situé à environ 15 000 années-lumière de la constellation du Grand Chien. L'image présentée ici est un mélange de données provenant de différents filtres, qui ont capturé les étoiles et la lueur des structures filamenteuses de la nébuleuse. Cela met en évidence une couleur bleu-vert causée par une forte émission due aux atomes d'oxygène dans le gaz rayonnant. Présentée en 2 versions SHORGB Full & Details : NGC-2359 Thor's Helmet in SHORGB HOO Full and details : NGC-2359 Thor's Helmet in HOO
    3 points
  21. pour la full détails et infos : https://www.astrobin.com/xxdkeh/
    3 points
  22. en pur H-a 5nm binx2 (je n'avais pas bcp de temps) 11x600 FSQ106 AZEq6, guidage multietoile avec la ASI 120 mini aquisition maximdl traitement : pixinsght + starnet + photoshop si vous aimez, un petit like sur la bin serai bien cool ( https://www.astrobin.com/gzkuie/?_ga=2.236465798.680049476.1620993096-37304872.1556474050&nc=user )
    3 points
  23. L'étoile du nord ou étoile Polaire (Polaris, ou encore Alpha Ursae Minoris) est un peu le centre de notre univers puisque - de notre point de vue - tous les astres tournent autour d'elle. Depuis des siècles elle guide nos pas sur terre comme en mer. Elle nous sert de point de départ et de référence pour nos repères célestes. Les astronomes et astrophotographe la visent avant toute observation d'autres astres, afin d'y régler leurs instruments. C'est un peu par hasard qu'elle détient ce statut, juste parce que si on prolonge l'axe de rotation de notre planète on tombe dessus (à l'oeil nu du moins car en vrai ça tombe un poil à côté, les astrophotographes en savent quelque chose ). C'est un statut temporaire: avec le jeu des précessions, l'axe de la Terre se déplace très lentement et d'ici un peu plus de mille ans elle passera le relai à une autre étoile - la pointe de la constellation Céphée - qui deviendra alors plus proche de l'axe. Il se trouve que dans sa direction se déploient aussi d'immenses volutes de gaz et poussières qu'on nomme les IFN. Ce sont les mêmes qui produisent de belles nébuleuses quand elles ont des étoiles proches pour les éclairer ou les ioniser, et où naissent les étoiles quand elles deviennent assez denses pour s'allumer. Mais là, elle n'ont que la pâle lueur de la voie lactée pour les illuminer. Elle sont donc difficiles à saisir - il faut une optique très lumineuse et beaucoup de temps de pose cumulé, mais on y arrive: la preuve! Cette image est une mosaïque de 6 photos prises au cours de 8 nuits en ce début avril quand il a fait un peu de beau temps par ici et avant que la lune ne survienne. Chaque photos a demandé entre 4h et 6h30 de poses cumulées - en petits bouts successifs de deux minutes. Je ne vous mets pas la full directement sur le forum car c'est très gros ( plus 100MB !) mais vous pouvez la voir en cliquant ici: https://storage.googleapis.com/dso-browser.com/astrophotography/picture-1dec81ca62b6ef8fcac6d83fc22a9219-original.png ou bien en version JPG 90% (plus léger!) ici: https://storage.googleapis.com/dso-browser.com/astrophotography/picture-88b56b7f2daa4c83ec5cdbfe36b71e30-original.jpg Et si vous voulez situer l'exacte position du pôle: 6 tuiles à 120s de pose unitaire, avec pour chaque entre 118 et 196 poses retenues (entre 4h et 6h30 cumulées), Samyang 135mm F2 sur Canon 650D défiltré partiel à ISO800 sans filtre, monture Star Adventurer, pas de guidage, KStars/Ekos sur Stellarmate et Stellarium sur PC, Siril, Photoshop, ciel Bortle 4 dans le Vexin, pas de lune sauf pour les dernières tuile. Prises de vues sur 8 nuits consécutives entre le 11 et le 19 avril 2021. Ca a été mon plus gros travail depuis que j'ai commencé l'astro! Il faut dire que c'est ma première mosaïque. C'est loin d'être parfait - la dernière tuile mériterait d'être refaite car les conditions s'étaient dégradées (arrivée de la lune notamment), et le traitement qui met en valeur les IFNs a pour effet secondaire de faire aussi monter les résidus de gradient, qu'il faut donc ensuite traiter ponctuellement en mode retouche - c'est long Mais surtout, les deux aspects qui m'ont demandé le plus de travail sont: - la gestion des angles à la prise de vue. Avec une monture équatorial le moindre changement de position dans cette région du ciel entraîne un énorme changement d'angle. Si on manque de précision - et on en manque forcément sur un simple APN + Star Advanturer ! - on se retrouve avec des photos dans tous les sens et des zone de recouvrement trop petites voir manquantes. C'est là qu'il me manquait cruellement un vrai rotateur gradué pour l'apn avec son objectif, j'y ai été au système D et ça n'a vraiment pas été facile - L'alignement des tuiles. L'objectif entrainant des déformations sur les bords, il est impossible d'aligner parfaitement. J'ai été obligé de tricher un peu sur les zones de recouvrement en utilisant des masques: parfois les étoiles n'étant pas exactement au même endroit il fallait choisir l'un ou l'autre des positions! Encore beaucoup de temps passé là dessus, du coup... On m'a dit que PIX permettait de corriger ces déformations très précisément par l'astrométrie, il faudra que je regarde ça pour ma prochaine mosaïque. Heureusement que j'ai un bon PC, il n'avait jamais autant chauffé avec Photoshop je pense!
    3 points
  24. Hello, Je me suis essayé sur ces 2 galaxies, sans filtre anti pollution, après extinction des feux, afin d'avoir plus de signals. J'ai eu malgré tout du fond de ciel bien présent, mais le signal était meilleur aussi, faut bien reconnaître. Kstars a très bien fonctionné, mais je n'ai pas eu à faire de retournement non plus Toujours la même config: EOS 1000D défiltré, NEQ6, Autoguidage, RPI avec KStars 58 poses de 2mins + 30x Darks 30 Flats et 15 Offset, sous DSS et un traitement Photoshop pour atténuer le fond de ciel. ça aurait mérité un coma pour M82, mais ça viendra un jour
    3 points
  25. Cette photo contient :: 1.200.000.000.000.000 étoiles dans ce champ et certainement encore plus de planètes, certain ayant des propriétés ou des étrangetés à peine imaginable. d'autres... sont peut être calme et stable.... avec pourquoi de la vie,. Primitive ou avancée. Avec encore beaucoup de chance, intelligence... nous ne le saurons pas de si tôt, mais le vertige est la... Cette photo a été réalise depuis ma Maison Normande, dans le Pays d'Auge, a proximité de Vimoutier (Moutier en vieux Français signifie monastère et Vi vien de la rivière La Vie qui travers la ville) les conditions étaient médiocres (passage de cirrus) et il a fait très froid. et comme un idiot, j'ai laissé la mise au point sans surveillances et j'ai perdu 1/3 de fwmh au cour de la nuit Grand champs autour de m95. Plus de 400 galaxies, référencé dans le champ, et je pense qu'il y en d'autres que ne sont pas dans les catalogues a liker et voir en grand la Astropoubelle (si le cœur vous en dit bien sur) https://www.astrobin.com/full/d9gzzh/0/ resolution : Comment connaitre la mag limite d'une image ???
    3 points
  26. Les galaxie de Bode (M81) et du Cigare (M82) sont deux galaxies spirales (M82 est vue par la tranche) d'assez petite taille (comparée à la Voie Lactée) qui se dansent autour l'une l'autre à environs 11 à 12 millions d'années lumières de nous - ce qui est assez proche. On pense qu'elles se sont télescopées il y a plusieurs centaines de millions d'années. Les effets gravitationnels de l'une sur l'autre conduisent à de telles perturbations dans les nuages de gaz et poussières que la création d'étoile en est exacerbée, surtout dans M82 qui est particulièrement active et rendue bien plus brillante que la Voie Lactée (pour un observateur extérieur bien sûr), alors qu'elle est plus de deux fois plus petite. Certains de ces gaz et poussières bouillonnants sont visibles en de minces filaments de couleur rougeâtre. La première photo montre ces deux galaxies "de prêt", prises à la lunette. La deuxième, prise au téléobjectif Samyang 135mm avec beaucoup plus de lumière, nous permet de prendre du recul et de constater les volutes de nuages de gaz et poussières qui parsèment notre propre galaxie en premier plan, et qu'on nomme IFN. Ils sont très sombres car aucune étoile proche de les éclaire, seule la lumière environnante de la galaxie permet de les apercevoir. Il faut donc poser très longtemps pour y parvenir même avec un objectif très lumineux - ici plus de 7h de poses ont été cumulées. EDIT 10/04/21: nouvelle version de la deuxième : (Ancienne version: https://storage.googleapis.com/dso-browser.com/astrophotography/picture-8160a1405cc511efad6d640b61179a8e-original.png ) Première photo: 115x90s=2h52 à ISO800 sans filtre sur Canon 650D (APS-C) défiltré partiel, APO triplet 102 f/5 avec réducteur, monture AZEQ6, guidage chercheur + Zwo ASI178mc, Kstar/Ekos sur Stellarmate RPI4, PHD2, Siril, Photoshop, ciel Bortle 4 dans le Vexin, lune à 60% environ en début de nuit. Deuxième photo: 291x90s = 7h16 sur trois nuits en mars et avril, Samyang 135mm F2 sur Canon 650D non défiltré les deux premières nuits/défiltré partiel la dernière nuit, monture Star Adventurer, pas de guidage, KStars/Ekos sur Stellarmate, Siril, Photoshop, ciel Bortle 4 dans le Vexin, pas de lune. Note: les galaxies de la première photo ont été utilisées dans la deuxième avec des caches pour une meilleurs définition et moins de saturation. J'avais déjà ciblé ce couple à mes tous débuts il y a quelques mois avec le même matériel, c'était même ma deuxième photo: J'ai parcouru un peu de chemin depuis... EDIT du 14/04/2021: Lol, il apparait qu'une supernova m'a fait du photo-bombing sur cette image dites donc C'est là dans NGC 3147 : Il s'agit de SN2021hpr découverte le 2 avril dernier par Koichi Itagaki au Japon. Zoom + animation GIF avec DSS: Bon vu la différence de définition c'est pas flagrant, mais si on regarde bien elle est bien là
    3 points
  27. Barnard B8 et B9, une nébuleuse obscure, situé dans la constellation de la Girafe. C'est un simple nuage de gaz et poussières, comme toutes les nébuleuses, mais qui n'a pas la chance d'avoir des étoiles à proximité pour l'éclairer ou le faire luire! Pourtant certaines sont de vraies nid à étoiles: le nuage est si dense par endroit qu'il finit par chauffer, se condenser... et s'allumer. Mais le reste du nuage est trop opaque et dense tout autour pour laisse passer la lumière. Cependant il va peu à peu se déliter, "soufflé" par les vents solaires des nouvelles étoiles ainsi crée. Et pendant un temps il montrera ainsi un spectacle splendide et coloré, illuminé par les bébé étoiles - c'est exactement ce qui se passe avec Orion (M42) par exemple. C'est un objet peu ciblé - je n'en n'ai trouvé que 4 ou 5 photos en fouillant sur Astrobin et Telescopius! A part quelques stars comme l'Iris les nébuleuses sombres sont un peu boudées des astrophotographes amateurs. Pourtant ce n'est pas leur faute si elles ne sont pas (ou pas encore) aussi flamboyantes que Orion! Pour ma part je trouve fascinantes ces volutes obscures, souvent filamenteux, de poussières et de gaz qui parsèment la galaxie un peu partout où l'on regarde... Celle-ci était au bon endroit du ciel au bon moment pour la première nuit de beau temps depuis des semaines alors hop, on brave le froid glacial et on shoot! C'est le genre d'objet dont on ne voit absolument rien sur ses brutes. Une région avec un peu moins d'étoiles, tout au plus... Quand au traitement il n'est pas facile! Avec une logique inverse de ce dont on a l'habitude: ici c'est l'objet qui est sombre et se détache sur le fond de ciel et les étoiles. Noir sur fond noir. On ne trouve pas beaucoup de tutoriels pour nous aider! Dès lors ce n'est sûrement pas ma dernière version: je suis sûr que je dois pouvoir tirer plus / mieux de ces brutes, il faut juste que j'arrive à trouver comment! Autre première pour moi sur ce coup: l'utilisation de KStar/Ekos sur un boitier rapsberry fixé sur la lunette et tournant avec Stellarmate. Avant je contrôlait par Nina depuis un PC portable posé sur une table à côté. Ca fait plaisir d'avoir moins de câbles qui trainent 98x180 = pas loin de 5h à 800 ISO. APO TS Photoline triplet 102 f/5 (avec réducteur), imageur APS-C Canon 650D non défiltré, monture AZEQ6, guidage chercheur+zwo 178MC, ciel Bortle 4, Stellarmate + KStar/Ekos + PHD2 + Siril + Photoshop.
    3 points
  28. Ma toute dernière cible, lors de mon exploration grand champs au 135mm de la semaine dernière, ne casse pas trois pattes à un canard L'Amas de la Crèche, parfois nommé Amas de la Ruche, est un amas ouvert situé dans une zone bien moins nébuleuse que mes dernière cibles, dans la constellation du Cancer. Un amas ouvert est un groupe d'étoiles "jumelles" s'étant créé dans un même nuage de gaz. Elles restent groupées quelques centaines de millions d'années, parfois un ou deux milliards d'années, dans leur navigation autour du centre galactique mais finissent peu à peu par être séparées par les courants gravitationnels. C'est un genre de cible qui ne passionne pas les foules, mais c'est quand même sympa à shooter de temps à autres ! L'Amas de la Crèche/Ruche est distant de 600 années lumières et est âgé d'environs 800 millions d'années. Il est visible à l'œil nu sous un bon ciel, comme une petite tâche floue - on peut en distinguer les étoiles avec de simples jumelles. Technique : 49x90s le 13/02/2021 = 1h13mn d'intégration, Objectif Samyang 135mm à ouverture maximale F2 sur Canon 650D non défiltré, monture AZEQ6, guidage sur chercheur SW avec caméra Zwo 178MC, KStars/Ekos sur Stellarmate, Siril, Photoshop. Ciel Bortle 4 sans lune, pas de filtre.
    3 points
  29. Pour compléter par image. Premier traitement fait sur place. Vive le remote sur le canapé... au vu de la température.
    3 points
  30. Voici la Nébuleuse de la tête de Cheval que j'ai prise hier en Idf. Tous les détails sont ici => https://astrob.in/z9868m/0/
    3 points
  31. Bonjour Une VL en grand champ prise cet été. Ce n'est pas transcendant, mais c'est ma meilleure VL à ce jour 38 x 15 sec - 1600 IS0 avec 6DMKII et 16-35mm à F4 sur SA - Filtre NISI NL - Pas de DOF Traitement SIRIL + LR
    3 points
  32. Tu traines trop sur les forums Frédo ! :-(( Pour ceux que ça intéresse, voici la meilleure image retraitée :
    3 points
  33. Ca marche aussi en f/7. Donc, C11HD f/7, ASI 6200mm, bin 2x2 Full: https://www.astrobin.com/9dnegc/
    2 points
  34. On ne présente plus une des plus grandes star du ciel boréal! Visible toute la nuit à partir de la fin du printemps et jusqu'à l'automne, c'est une vaste nébuleuse. Les Dentelles du Cygne sont le reste (rémanent) d'une très grosse étoile ayant explosé en supernova il y a une vingtaine de milliers d'années dans la constellation du Cygne. Elles sont situées à 2400 années lumières de nous et sont larges de 130 années lumières. On n'a pas encore repéré ce qui reste du noyau de l'étoile et qu'on pense s'être effondré en une étoile à neutron - l'objet le plus dense de l'univers - plutôt qu'un trou noir. Elle pourrait être au centre des dentelles mais trop peu brillante pour être détectée, ou bien avoir été elle-même expulsée par l'explosion et donc se trouver quelques part dans cette vaste région du ciel... Les couleurs sur cette photo sont un peu différentes des couleurs naturelles - c'est une composition appelée HOO. Un filtre à permis de récupérer à part la couleur rouge spécifique de l'hydrogène d'un côté ("Ha"), et la couleur bleu-vert caractéristique de l'oxygène de l'autre côté ("O3"). Le signal Ha a été mappé sur la couche rouge, et le signal O3 sur les deux couches verte et bleue, pour former l'image RVB finale. Celà-dit, ces éléments étant ceux composant en grande majorité la nébuleuse, elle n'a pas un aspect très différent en réalité: simplement les rouges et bleus sont moins éclatants. Les autres nébulosités visible dans l'image appartiennent à la voie Lactée, qui frôle les dentelles. EDIT 06/06/2021 : ajout de poses sans filtre (77x120s) à f/2.8, et nouveau traitement - l'ancienne version est utilisée comme couche couleur et pour récupérer un peu de détails, sur la base du RGB. Par ailleurs, fond de ciel plus clair. EDIT 07/06/2021: + suppression de ce qui semble être du gradient d'après des REF que quelqu'un à trouvé pour moi sur Webastro. Version précédente pour comparaison: C'est ma toute première composition HOO! En utilisant un filtre duo-bande sur ma caméra couleur. Bon ce n'est pas une cible idéale pour ce genre d'opération en grand champs: la finesse des dentelles donne très envie de cropper/zoomer, mais on est tout de suite limité par la perte de résolution inhérente à la technique! 4 fois moins de pixels à la source - comme un bin 2 mais avec seulement les inconvénient, ce que le drizzle x2 ne rattrape évidemment pas. C'était surtout pour tester mon tout nouveau filtre STC, le seul duo-bande étroite en format EOS-Clip donc utilisable avec mon APN et mon Samyang 135 Intégration: 214 x 120s = 7h en filtre HO, 77 x 120s = 2h30 sans filtre. Conditions: prise de vue HO sur trois nuits de suite fin mai 2021, sous la pleine lune la première nuit puis en décroissance ; puis une nuit début juin pour les prises sans filtre. Ciel Bortle 4 dans le Vexin. Seeing correct mais beaucoup de vent la deuxième nuit. Optique: Samyang 135mm ouvert à F/2 pour les prises HO, f/2.8 pour les prises sans filtre Imageur: Canon 650D défiltré partiel à ISO800. Filtre: STC Astro Duo-Band HO (10nm par bande, 80%) en format EOS-Clip. Monture: Star Adventurer, pas de guidage Logiciels: KStars/Ekos sur Stellarmate, Siril, Photoshop.
    2 points
  35. Nous vous présentons cette fois une image de février, un champ autour de 3 galaxies de l’Hydre : NGC 5101 & Consorts Non pas une mais deux belles galaxies occupent cette région de l’espace au sein de la constellation de l’Hydre. Plus important encore, nous avons NGC 5078: la galaxie Liner (avec un noyau de galaxie actif) sur le côté droit. Ensuite, il y a NGC 5101 : la galaxie spirale barrée illustrée sur le côté gauche. Les deux galaxies ont approximativement la même taille que la Voie lactée, soit environ 100 000 années-lumière de diamètre. Bien qu’ils puissent sembler très proches les uns des autres, ils sont en fait séparés par environ 800 000 années-lumière. Si l’on considère le fait que notre grand voisin le plus proche (Andromède) se trouve à environ 1,5 million d’années-lumière de la Voie lactée, les deux sont en effet proches l’un de l’autre (ils sont séparés par moins de la moitié de la voie lactée / andromède). Leur distance réelle est un peu spéculative, car les estimations ci-dessus dépendent des deux galaxies à environ 90 millions d’années-lumière de la Terre. Nous savons cependant qu’ils sont séparés d’environ 0,5 degré dans notre ciel nocturne, soit approximativement la largeur apparente de la pleine lune. En complément ... En prime, il y a en fait une autre galaxie en jeu en dessous de NGC 5078; Appelée IC 879, c’est aussi une galaxie spirale, bien qu’elle soit beaucoup plus faible que ses deux « voisines ». Des preuves, comme le pont de marée qui relie les 2 galaxies, suggèrent qu’ils ont interagi gravitationnellement récemment, peut-être qu’ils le sont encore. De plus, de nombreuses autres galaxies peuvent être vues en arrière-plan, mais elles sont tout simplement trop éloignées pour être résolues clairement. Certaines des autres sources de lumière comme les plus grandes étoiles avec appartiennent à la Voie lactée elle-même. Full & details : https://astrob.in/full/lmcgcs/0/?real=
    2 points
  36. Comme promis, encore un Amas Ouvert, mais l’un des plus colorés du ciel… NGC 3532 est un amas ouvert très brillant ouvert situé à environ 1 300 années-lumière de la constellation de Carina (La Carène). Il est officieusement connu sous le nom de Wishing Well Cluster, car il ressemble à des pièces d’argent dispersées qui ont été déposées dans un puits. Il est également appelé le Cluster football, bien que la pertinence de cela dépend de quel côté de l’Atlantique vous vivez. Il a acquis le nom en raison de sa forme ovale, que les citoyens des nations de rugby pourraient voir comme ressemblant à un ballon de rugby. Cet amas d’étoiles très lumineux est facilement visible à l’œil nu de l’hémisphère sud. Il a été découvert par Français astronome Nicolas Louis de Lacaille lors d’une observation d’Afrique du Sud en 1752 et a été catalogué trois ans plus tard en 1755. C’est l’un des amas d’étoiles ouvertes les plus spectaculaires dans tout le ciel. NGC 3532 couvre une zone du ciel qui est presque deux fois la taille de la pleine Lune. Il a été décrit comme un cluster riche en binaires par John Herschel qui a observé « plusieurs étoiles doubles élégantes » ici lors de son séjour en Afrique australe dans les années 1830. D’une importance historique supplémentaire, beaucoup plus récente, NGC 3532 a été la première cible à être observée par le télescope spatial Hubble de la NASA et de l’ESA, le 20 mai 1990. Ce regroupement d’étoiles a environ 300 millions d’années. Cela le rend d’âge moyen selon les normes d’amas d’étoiles ouvertes [1]. Les amas d’étoiles qui ont commencé avec des masses modérées brillent encore de mille feux avec des couleurs bleu-blanc, mais les plus massives ont déjà épuisé leurs réserves d’hydrogène et sont devenues des étoiles géantes rouges. En conséquence, l’amas semble riche en étoiles bleues et oranges. Les étoiles les plus massives de l’amas d’origine auront déjà traversé leur brève mais brillante vie et explosé sous forme de supernovae il y a longtemps. Il y a aussi de nombreuses étoiles moins visibles plus faibles de masse inférieure qui ont une vie plus longue et brillent avec des teintes jaunes ou rouges. NGC 3532 se compose d’environ 400 étoiles au total. Le ciel de fond ici dans une partie riche de la Voie Lactée est très encombré d’étoiles. Certains gaz rouges lumineux sont également apparents, ainsi que des voies subtiles de poussière qui bloquent la vue des étoiles plus éloignées. Ceux-ci ne sont probablement pas connectés à l’amas lui-même, qui est assez vieux pour avoir déblayé tout matériau dans son environnement il y a longtemps. Full & Details : a colored open cluster from the South : NGC 3532
    2 points
  37. Bonjour, Nous continuons à traiter nos images en retard (février 2021), cet objet est un peu atypique et pas très souvent photographié, dans la Carène : RCW 58 Cette belle nébuleuse de type E, RCW 58, dans la constellation méridionale de Carina, entoure et provient d’un type spécial d’étoile, une étoile Wolf-Rayet, WR40 (HD 96548, WN8). L’étoile brillante au milieu de la nébuleuse dans l’image ci-dessus est WR40. La nébuleuse est appelée nébuleuse de l’anneau, en raison de son apparence ouverte. Il est allongé nord-sud 9′ x 5′ basé sur les données alpha hydrogène rouge (H-a), mais les données de l’oxygène bleu-vert (OIII) étend sa largeur à environ 8′ est-ouest, où le nord est en place. La nébuleuse s’étend à une vitesse de 87 km/s. Il a une apparence inhabituelle avec des noeuds et un motif radial montré par les données rouges H-a. Ces bulles tridimensionnelles apparaissent comme un anneau en deux dimensions, comme on le voit dans cette image et représentent les éjections stellaires contenues dans une bulle soufflée par le vent. Les émissions de H alpha et d’OIII provenant de huit des nébuleuses d’anneau Wolf Rayet les plus bien définies de la galaxie révèlent que, dans de nombreux cas, le bord le plus externe de l’émission OIII précède l’émission d’H Alpha. Ceci suggère que ces décalages, une fois présents, sont dus au choc de la bulle de Rayet de loup s’étendant dans l’enveloppe circumstellaire Les étoiles WR sont énormes, peut-être aussi grandes que 20 à 60 + masses solaires. Ils perdent de la masse à mesure qu’elles évoluent à un rythme incroyable, produisant des vents solaires très forts. Elles sont très chaudes avec des températures allant de 30.000 à 200.000 Kelvin. Il y a environ 500 de ces étoiles cataloguées dans notre Galaxie de la Voie Lactée. Ils donnent une grande quantité de rayonnement ultraviolet (UV) qui ionise la nébuleuse environnante et la fait briller, ce qui nous permet de le voir. La plupart de ces étoiles WR sont considérées comme progressant vers une explosion de supernova L’étude spectroscopique des lignes d’émission de Hα, [N II], [O III] et [S II] dans la nébuleuse de l’anneau WR RCW 58 : En combinant une résolution spectrale élevée et un rapport signal-bruit avec un échantillonnage spatial fin, nous sommes en mesure de clarifier la cinématique complexe de cette nébuleuse soufflée par le vent qui, dans les données précédentes, semblait chaotique. RCW 58 se compose d’une coquille s’étendant à 87±3 km s−1 de l’étoile centrale et enveloppant des touffes plus lentes d’éjections stellaires, probablement produites avant l’allumement du vent WR. Nous tirons une limite supérieure à l’âge de la coquille soufflée par le vent de 3×104yr. Des cartes détaillées des différents composants de vitesse dans la nébuleuse, obtenues par l’ajustement du profil des lignes d’émission, sont présentées. Dans un article antérieur (Smith et coll.), nous avons suggéré que les dispositifs observés d’absorption UV apparaissent dans un flux de vent stellaire choqué « chargé en masse ». Nous constatons que la vitesse d’expansion de la coquille est, comme nous nous y attendions sur la base de notre modèle proposé, en très bon accord avec celle du gaz absorbant le plus lent observé aux longueurs d’onde UV. Les glissements de ligne dans la coquille sont superthermaux; il est peu probable qu’ils résultent de la superposition de plusieurs composants non résolus en raison de la haute résolution spatiale des données. Nous suggérons donc que la turbulence supersonique soit présente dans la coquille. Les propriétés observées des touffes, qui chargent le vent stellaire qui coule devant eux en perdant du matériel pour elle, sont discutées dans le contexte de notre modèle. Les contraintes sur les masses de touffes impliquent qu’elles sont aplaties, mais les structures de vitesse observées montrent qu’elles sont remarquablement cohérentes. Les vitesses, l’abondance et la teneur en poussière des touffes suggèrent que l’ancêtre de l’étoile centrale WN8 HD 96548 était un supergéant rouge. Full & Détails sur Astrobin : RCW 58 : a Wolf-Rayet star in Carina
    2 points
  38. Je savais que la polaire était un champ d'IFN pas mal foutu mais de là à le tenter depuis un endroit aussi proche de Paris c'est autre chose. En tout cas ta ténacité a payé. Très belle prise dont tu peux être fier. Par contre sur mon écran certainement pas calibré, c'est quasiment du noir et blanc...
    2 points
  39. avant-derniere version : mixe ATIK et A7s
    2 points
  40. J'ai fait quelques tests ce mois-ci pour identifier et tenter de corriger des problèmes de tilt sur mes images au C11 Edge à F/D = 7. J'en ai profité pour comparer deux images, l'une faite l'an dernier à la FSQ, l'autre le week-end dernier au C11 Edge. Voici ce que ça donne :
    2 points
  41. Nouvelle version avec un peu moins de 2h de pose supplémentaire (je l'avais re-shooté quelques jours après le premier traitement, pour chopper plus d'IFN) et un traitement différent. Version précédente pour comparer: https://storage.googleapis.com/dso-browser.com/astrophotography/picture-623f1a29222ad9347147a21c49a36071-original.png
    2 points
  42. Bonjour à tous, Je vous présente une image faite Samedi soir. Nébuleuse du Coeur (IC 1805), et nébuleuse de la Tête de Poisson (IC 1795) La nébuleuse du Coeur est une nébuleuse en émission située à environ 6 500 année-lumière dans la constellation de Cassiopée. Elle couvre un champ d'environ 60 minutes d'arc, ce qui correspond approximativement à 200 années-lumière. Astrobin Setup: Sony A7S Canon 400mm f2.8 (ouvert à 3.5) Filtre optolong L-enHance Monture EQ-6 340 images de 30s traitées sous PixInsight et Photoshop.
    2 points
  43. Encore des p'tits bouts de lune... Toujours au C11 Edge à f/D=10 + ZWO ASI183MM Pro + filtre rouge. Films de 10000 images, sélection de 20% des images (Autostakkert) + ondelettes (Astrosurface).
    2 points
  44. Bonjour à tous, Je réside non loin de Nice (06), dans une ville ayant un rocher portant son nom (celui qui trouve gagne une fsq 106edx4 et revient en 2ème semaine). En réfléchissant : 7mn avant d'atterrir, PERSEVERANCE était plus proche de Mars que moi de votre club, il est donc fort peu probable que je croise vos membres dans les prochains jours. Je connaissais AVEX par les indispensables cartes publiées sous son nom mais je n'avais pas réalisé que vous formiez une association d'astrams, ma foi très sympathique. Je ne manquerai donc pas de revenir vers vous pour vos conseils avisés en tant qu'astrophotographe débutant. Mon matériel : star adventurer + canon 700d défiltré astrodon + canon 70/200 f 2.8 & 100/400 f 4.5/5.6 + filtre IDAS LPSD1 Lieu de prise de vue : mon balcon, en pleine ville, orienté sud / sud-est . Petit détail : depuis plusieurs semaines j'ai une grue de 60 m avec 3 phares rouges allumés en permanence la nuit et c'est pas cool ... Pour terminer, je vous joins une photo de IC2177 prise ces derniers jours avec le 70/200. J'ai au moins eu la chance d'avoir un ciel clément en terme de nuages, mais pas mal de jet stream (je ne sais pas si ça a joué à mon humble niveau...) A bientôt
    2 points
  45. Bonjour à tous, Le bon côté du confinement, c'est qu'on peut refaire des traitements sur ses anciennes images. Il arrive parfois que cela ne soit pas du luxe C'est pourquoi je me suis relancé sur IC1396. Je vais en profiter pour faire comme @LucaR et vous présenter cet objet. Il s'agit donc de la nébuleuse IC 1396 dans laquelle on trouve la nébuleuse de la Trompe d'Eléphant. J'ai bien fait de regarder, car je croyais que les 2 ne faisaient qu'une. Toujours est-il qu'il faut quand même avoir de l'imagination pour voir une trompe d'éléphant IC 1396 est un amas d'étoiles situé à environ 3 000 années-lumière de la Terre dans la constellation de Céphée. IC 1396 contient la nébuleuse de la Trompe d'éléphant, une grande nébuleuse en émission qui fait 3 à 5 fois le diamètre de la pleine lune dans le ciel terrestre. Astrobin
    2 points
  46. Bonjour à tous, Voici le premier résultat de l'utilisation de mon nouveau boitier (A7S) en milieu urbain (Cergy - sur mon balcon). Le setup + prises de vue: Star Aventurer Spacecat William Optics Filtre Optolong L-enhance 624 poses (3 nuits) de 30s. Pré-Traitement SIRIL (Drizzle) Traitement Pixinsight + Photoshop Je dois dire que je suis un peu déçu du résultat ! J'ai récupéré une image finale avec un gros gradient en bas (côté pollution évidemment) qui a été très difficile à gérer. J'ai dû mal a expliquer ça d'autant plus que le filtre L-enhance aurait dû (comme c'était le cas avec le 6D) couper/filtrer. Enfin, j'hallucine de voir le temps de calcul mis par PixInsight pour faire le pré-traitement comparativement à Siril ! Pour 240 images Pixinsight met 4h, là ou Siril demande 30mn !!! Pour les 450 images, Pixinsight a mis 12h !!! Pour un résultat qui me semble similaire ( à mon humble niveau) Astrobin
    2 points
  47. Bonjour à tous ! Voici mon premier essai en LRGB avec la ASI1600 et un set de filtres baader 2". J'ai essayé d'être assez équilibré pour le traitement. Les détails d'acquisition et l'image en pleine résolution sont sur le lien astrobin suivant : https://www.astrobin.com/86yruh/ N'hésitez pas si vous avez des remarques/critiques, elles seront les bienvenues !
    2 points
  48. Je viens de passer la nuit sur Mars. Ça a été globalement très turbulent mais j'ai pu sortir une image ou deux qui, bien que manquant de finesse, sont présentables. Elles ont été faites au C11 Edge à F/D = 10 avec une ZWO ASI290MC. Films de 10000 à 50000 vues, sélection de 20, 10 ou 5% des images. Traitement avec Astrosurface.
    2 points
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+02:00
×
×
  • Créer...

Information importante

Conditions générales